En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer

L'activité physique serait plus efficace chez les hommes que chez les femmes

Pour maigrir, le sport est plus efficace chez les hommes

 

D'après une nouvelle étude américaine, l'activité physique serait plus efficace chez les hommes que chez les femmes lorsqu'elle est pratiquée dans un objectif minceur.

 

Et une injustice supplémentaire, une ! D'après une nouvelle étude coordonnée par la University of Colorado (aux États-Unis) qui sera présentée cette semaine au congrès annuel de la Society for the Study of Ingestive Behavior, l'exercice physique pour mincir ne serait pas aussi efficace chez les femmes que chez les hommes...

Pour parvenir à cette (tragique) conclusion, les chercheurs américains ont travaillé avec des rats. Durant 10 semaines, ceux-ci ont eu droit à un programme sportif intensif sur un tapis de course ; en parallèle, ils étaient nourris avec un régime alimentaire riche en matières grasses. Résultat ? Les rats mâles qui s'étaient régulièrement exercés sur le tapis de course avaient perdu davantage de poids et présentaient un appétit moins important que les rats mâles du groupe de contrôle, sédentaires.

Plus surprenant : au terme de l'expérience, les rats femelles avaient bien entendu maigri par rapport aux rats femelles du groupe de contrôle, mais cette perte de poids était peu importante puisque l'appétit des rongeurs sportifs n'avait, lui, pas diminué.

Chez les hommes, une baisse de l'appétit

Le nœud du problème, c'est l'interleukine 6 (IL-6), une protéine notamment fabriquée par les cellules du système immunitaire et par les cellules musculaires. Celle-ci possède de nombreuses fonctions : l'IL-6 intervient dans le processus de cicatrisation et de coagulation des blessures, favorise la production des anticorps et est impliquée dans plusieurs réactions anti-inflammatoires. Bref, elle est indispensable.

Les chercheurs américains ont constaté que, chez les mâles, un exercice physique régulier entraînait une diminution du taux d'IL-6 présent au niveau de l'hypothalamus, ce qui aurait un impact sur l'appétit. En revanche, chez les femelles, le taux d'IL-6 mesuré au niveau de l'hypothalamus était plus élevé au terme des 10 semaines d'entraînement, ce qui correspondrait à l'effet inverse...

Pas question pour autant de raccrocher les baskets : si le sport est moins efficace pour maigrir pour les femmes, il n'empêche qu'une activité physique régulière (au moins 30 minutes par jour) protège notre santé, notre libido et notre moral. Et si on adopte un régime alimentaire équilibré, les effets sur la silhouette se voient rapidement...

 

Santé du Monde