En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer

Lassées par le sexisme, deux Américaines ont inventé un co-fondateur masculin de toutes pièces pour leur site de vente en ligne. Et cela a tout changé.

Elles s'inventent un associé masculin pour être prises au sérieux

 

Lassées par le sexisme, deux Américaines ont inventé un co-fondateur masculin de toutes pièces pour leur site de vente en ligne. Et cela a tout changé. 

Pénélope Gazin et Kate Dwyer sont deux entrepreneuses. Basées en Californie, elles créent Witchsy en 2016, un site de vente en ligne d'objets d'art de petits créateurs, souvent un peu décalés et sur fond d'humour noir. Les deux associées s'en sortent bien, en un an le montant de leurs ventes s'élève à 200 000 dollars et elles ont même réussi à faire un petit profit. 

Mais voilà, Pénélope Gazin et Kate Dwyer sont deux femmes. Cela ne devrait pas poser de problèmes. Et pourtant. A force de se heurter à la condescendance et au sexisme de la part de leurs collaborateurs masculins, elles ont décidé de tenter une expérience. 

UN HOMME IMAGINAIRE INSPIRE PLUS DE RESPECT

C'est ainsi qu'est né Keith Mann, leur co-fondateur...fictif. A partir de ce moment là, tout change. "C'était le jour et la nuit. Alors qu'il me fallait des jours pour obtenir une réponse, Keith en recevait une rapidement et en plus on lui demandait s'il avait besoin d'autre chose", raconte Kate Dwyer à Fast Company. Avant l'arrivée de Keith, "c'était très clair que personne ne nous prenait au sérieux et tout le monde pensait que nous étions des idiotes", confie Kate Dwyer au site américain Quartz. 

Les deux jeunes femmes ont décidé de tirer profit de cette malheureuse situation où un homme imaginaire inspire plus de respect qu'elles. Elles ont continué à jouer le jeu, et lui ont même inventé une histoire. Marié depuis 5 ans, ayant joué au football à l'université, Keith est impatient d'être père. "C'est juste un mec bien. Il ne nous comprend pas vraiment avec Kate, mais il est heureux de pouvoir nous donner un coup de main en attendant qu'on se trouve un mari", ironise Penelope Gazin, toujours dans les colonnes de Quartz. 

Aujourd'hui, elles ont fait leur preuve en leur nom. Elles n'ont plus besoin de Keith. Mais elles ne manquent pas d'ajouter, avec toujours une dose d'ironie, qu'elles font passer un entretien d'embauche à un nouveau, "Ted", juste au cas où. 

Santé du Monde