En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer

Les préservatifs ne préservent pas l'environnement

Les préservatifs ne préservent pas l'environnement

Bien qu’il nous protège des MST, le préservatif est loin de préserver l'environnement. En effet, 856 préservatifs sont fabriqués et vendus dans le monde à chaque seconde soit environ 27 milliards chaque année.

Le préservatif représente aujourd’hui une source de pollution non négligeable. Même si la plupart des personnes jettent leurs contraceptifs dans des poubelles, Beaucoup ne font pas l’effort et décident de les abandonnés en pleine nature avec leurs emballages en aluminium, sans compter ceux les jetant dans les toilettes et finissant dans nos fleuves et par conséquent dans nos océans.  

Il est important de savoir que de nos jours, deux types de préservatif sont commercialisés. Le premier est le préservatif en polyuréthane (dérivé du pétrole) qui en plus de ne pas être biodégradable multiplie le risque de grossesse par 1,7 par rapport au préservatif en latex.

Le deuxième type de préservatif est quant à lui fabriqué en latex, il est produit en Asie à partir de l'hévéa, l'arbre à caoutchouc.

Parfums de synthèse, lubrifiants, conservateurs ephtalates sont autant d’additifs chimiques ajoutés à leurs fabrications qui confèrent au préservatif sa souplesse et son élasticité. Sa composition présente donc des risques allergisants, mais aussi des perturbateurs endocriniens et donc un potentiel cancérigène.

Diagnostic : comment savoir si on est allergique au latex ?

D’après les allergologues, lorsqu'on soupçonne fortement être allergique au latex, la meilleure des choses à faire est d'aller voir un spécialiste et de déterminer à quoi on est réellement allergique. 

Il est possible d’être allergique à deux choses : la protéine, ou aux composés associés présents dans les produits à base de latex.

Par ailleurs une allergie au latex peut entrainer des allergies à certains aliments comme l’avocat ou bien la banane. On appelle ce phénomène une réaction croisée.
Les cosmétiques qui contiennent de l'avocat doivent être évités comme le kiwi, la papaye, la mangue, le raisin, la pêche, les épinards et d'autres aliments.

Pour plus de sécurité, il est préférable d’opter pour des préservatifs en latex naturel certifié RFSU, (Les présevatifs RFSU sont n°1 dans les pays nordiques (Danemark, Suède, Finlande et Norvège). Ils sont reconnus pour la norme très stricte à laquelle ils sont soumis : non seulement ils respectent les normes CE et ISO. Par ailleurs, RFSU effectue une batterie de tests encore plus contraignants pour garantir leur qualité et votre sécurité. Ces contraceptifs sont garantis sans additifs chimiques et biodégradables.

Bonne nouvelle ! Aujourd’hui il existe des préservatifs vegan et écolo.

Allier plaisir et écologie

De plus en plus de personnes se tournent aujourd’hui vers des solutions plus écologiques. Le fait d’opter pour cette alternative permet d’éviter l’exposition aux substances chimiques et par ailleurs protéger l’environnement.

Et au rayon produits intimes, les préservatifs green gagnent du terrain. En effet, en plus des gammes biodégradables, certaines disposent aussi du label de la Vegan Society(La Vegan Society est une association caritative fondée en Angleterre, principalement par Donald Watson et Elsie Shrigley, le 1er novembre 1944.
Donald Watson crée le terme « vegan » afin de représenter les végétariens ne consommant ni produits laitiers ni œufs et ainsi faire la distinction avec les autres formes de végétarisme), assurant ainsi que les produits sont dépourvus d’éléments d’origine animale et qu’ils n’ont pas fait l’objet de tests sur des animaux.

On peut trouver ces préservatifs vegan dans des magasins spécialisés ou bien sur des sites e-commerce. Effectivement il est plus difficile d’acheter ces types de produit dans les grandes surfaces ou commerces connus habituellement.

Préservatifs équitables

Contrairement à leurs ancêtres fabriqués à partir de boyaux de porcs, nos préservatifs modernes ne sont pas biodégradables. Il est important de comprendre que l’on ne doit pas jeter ces contraceptifs en pleine nature ou bien dans les toilettes car ils mettent très longtemps à se dégrader.
En attendant l’invention de la capote zéro déchet réutilisable, on peut toujours opter pour une marque plus regardante sur la composition que les fabricants conventionnels. Fair Squared propose notamment des préservatifs composés de caoutchouc issu du commerce équitable et végans, ils sont garantis sans caséine (une protéine issue du lait utilisée pour rendre le latex souple).

Pour tenir éloignées vos muqueuses des perturbateurs endocriniens, guettez la norme RFSU, qui garantit que toutes les substances ajoutées au caoutchouc sont naturelles. A accompagner d’un lubrifiant sans paraben, formulé par exemple à base d’aloe vera.

 

Santé du Monde