En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer

Qu’est-ce que le rapport oméga 6 / oméga 3 ?

Les oméga 6 et oméga 3 font partis des acides gras que nous consommons lorsque nous mangeons certaines matières grasses.

En théorie, à partir des acides gras oméga 6 et oméga 3 issus des huiles végétales, nous pouvons fabriquer les acides gras dont nous avons besoin pour fonctionner correctement.

Dans l’absolu, Il suffirait donc de consommer suffisamment d’huiles végétales pour que nos besoins en « bons gras » soient couverts.

Les huiles de maïs, soja, arachide et pépin de raisin étant sources d’oméga 6 et les huiles de colza, lin et cameline sources d’oméga 3.

Malheureusement, là encore, tout est une histoire d’équilibre et notre génome, encore lui, s’est développé dans un environnement apportant environ autant d’oméga 6 que d’oméga 3, d’où un rapport santé  w 6 / w 3 environ égal à 1.

Or, aujourd’hui, nous constatons des apports d’oméga 6 bien trop importants, ils peuvent être jusqu’à 20 fois supérieurs aux apports en oméga 3 et là, rien ne va plus, avec un rapport égal à 20, l’équilibre santé est perturbé.

Alors comment savoir si nos apports sont bons, si notre corps contient en bonne quantité les bons « gras » et pas trop de mauvais.

Certains laboratoires d’analyses biologiques proposent des bilans d’acides gras.

Ces analyses, très complètes (non remboursées), vous permettent de connaitre de façon précise les teneurs en acides gras de votre organisme.

Les bons, les moins bons mais aussi les graisses trans industrielles par exemple, qui trahiront vos excès de consommation de nourriture industrielle…

Une fois que le verdict est tombé, comment rééquilibrer cela ?

 

Pour améliorer le rapport w 6 / w 3, il faut donc simplement limiter notre consommation de produits sources d’oméga 6 et augmenter notre consommation d’oméga 3.

Pour cela, il suffira de diminuer les produits industriels parce qu’ils sont souvent trop riches en w 6, de cuisiner à l’huile de colza plutôt qu’à l’huile de tournesol ou de pépins de raisins, et de penser à manger des petits poissons gras régulièrement (environ 400 grammes par semaine).

Vous pouvez aussi consommer des produits issus de la filière bleu-blanc-cœur, une filière de nutrition à vocation santé dont les produits sont naturellement plus riches  w 3 (www.bleu-blanc-cœur.org).

 

Il ne vous reste plus qu’à vous mettre à table !

 

Nathalie Boillot

Docteur en Pharmacie

Coach en nutrition-santé, Paris

nboillot.nutri@gmail.com@

Par Nathalie boillot
Nathalie boillot
Nathalie Boillot Docteur en Pharmacie Coach en nutrition-santé, Paris nboillot.nutri@gmail.com@

Santé du Monde