En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer

Les troubles de l'alimentation : 10 faits marquants

Les troubles de l'alimentation : 10 faits marquants

 

1 Les troubles de l'alimentation ont le taux de mortalité le plus élevé parmi toutes les maladies mentales - plus élevé que la dépression. Cela est dû au suicide et aux complications médicales associées à la maladie. L'une d'elles peut être une crise cardiaque après que la masse corporelle du patient soit devenue très basse en raison d'un manque de nutrition affectant ainsi les muscles du corps, y compris les muscles cardiaques. De plus, lorsqu'une personne se rend fréquemment malade, elle perd beaucoup de potassium, ce qui peut déclencher une arythmie cardiaque (rythme cardiaque irrégulier), augmentant à nouveau son risque de crise cardiaque .

2 Les hommes, tout comme les femmes, peuvent égallement développer des troubles de l' alimentation, qui comprennent l' anorexie, la boulimie et l'hyperphagie boulimique - même si environ 90 pour cent sont des femmes. On observe souvent que les femmes sont plus aptes à chercher un traitement que les hommes.

3 Beaucoup de gens font la différence entre l'anorexie et la boulimie.  Mais la distinction clinique est basée sur le poids du patient : 

ceux avec un indice de masse corporelle (IMC) de 17,5 ou moins (un IMC de 18,5 à 24,9 est considéré comme normal) sont considérés comme anorexiques; 
un patient avec un IMC normal est appelé boulimique.

4 Il est bien établi que le fait d'avoir des parents perfectionnistes est un facteur de risque de développer un trouble de l'alimentation. D’autres études montrent que le fait d’avoir des parents surprotecteurs qui tentent de protéger leur enfant de tout peut également être lié à un risque accru que leurs enfants développent un trouble de l’alimentation. Cela suggère qu'une approche plus détendue du rôle parental peut aider à réduire le risque futur de votre enfant.

5 Bien que l'âge moyen pour développer un trouble de l'alimentation soit d'environ 15 ans, ce ne sont pas seulement les jeunes qui y succombent. En fait, ils peuvent se développer à tout âge. Nous soupçonnons que les patients plus âgés ont toujours eu une prédisposition à l'anorexie, mais qu'ils n'avaient peut-être pas eu assez d'expérience stressante pour basculer avant. Nous savons qu'un stress grave peut souvent déclencher un trouble de l'alimentation,  par exemple, suite à un événement majeur tel que la rupture d'un mariage, un deuil ou un licenciement professionnel.

6 Nous n'avons pas encore identifié de gène spécifique, mais nous soupçonnons que l’ hérédité joue également un rôle important dans la détermination des personnes qui développent des troubles de l'alimentation. Si votre mère ou votre grand-mère a des problèmes d'alimentation, votre facteur de risque est plus élevé.

7 La recherche suggère que près de la moitié des patients guérissent complètement et continuent à mener une vie normale. Nous savons que plus tôt vous obtenez de l'aide, meilleur est votre pronostic. Mais il est également vrai que cela peut être un processus lent, qui prend des années pour être complètement surmonté.

8  Le premier port d'escale doit toujours être votre médecin traitant. Les recherches suggèrent que les traitements les plus efficaces sont les «thérapies parlantes», telles que la thérapie cognitivo-comportementale et la thérapie familiale. Ceux-ci aident à répondre aux craintes de gain de poids et à favoriser la récupération psychologique. Les médicaments peuvent également aider à contrôler les pensées obsessionnelles; de nombreux patients seront également envoyé à un diététicien.

9 Si vous craignez qu'une personne qui vous est chère ait un trouble de l'alimentation, encouragez-la doucement à demander de l'aide. 

 

Santé du Monde