En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer

La pratique d’une activité sportive serait susceptible d’augmenter le risque de lésions des articulations et mener au développement d’une arthrose.

SPORT ET ARTHROSE: LA JUSTE MESURE

 

La pratique d’une activité sportive serait susceptible d’augmenter le risque de lésions des articulations et mener au développement d’une arthrose. A l’inverse, l’activité physique reste importante dans le traitement et la prévention de l’arthrose.

Quand les articulations vieillissent

Le terme «arthrose» signifie «dégénérescence articulaire». En d’autres termes, il s’agit du vieillissement des articulations (au même titre que l’ostéoporose pour l’os ou la cataracte pour l’œil). Plusieurs facteurs augmentent le risque de développer une arthrose : la présence d’arthrose dans la famille, le fait d’être une femme, le surpoids, les contraintes articulaires (dans certaines professions et chez les sportifs d’un certain niveau) et les blessures articulaires. L’arthrose est avant tout une maladie qui progresse avec l’âge, mais qui touche également de plus en plus de jeunes sportifs, réduisant leur qualité de vie et leur performance sportive.

Un juste équilibre

Il existe de plus en plus de preuves démontrant que la pratique d’une activité physique procure d’une part beaucoup de plaisir, et d’autre part améliore l’état de santé général. A l’opposé, le sport augmenterait le risque de lésions articulaires, et donc d’arthrose.

Pour une articulation normale, le sport est bien toléré, même sur une longue durée, à condition de modérer son intensité. Par contre, une articulation lésée (en particulier fracture, lésion ligamentaire ou méniscale pour le genou) est plus à risque de développer une arthrose, même pour une activité sportive d’intensité modérée. Le plus sage est donc de pratiquer un sport de manière régulière, à une intensité raisonnable pour diminuer le risque d’accident articulaire.

 

Trouver le bon sport

Le risque d’arthrose dépend du type de sport pratiqué, de sa fréquence et de son intensité. Le tableau ci-contre classe les différents sports en fonction  de leur risque de provoquer une lésion articulaire (dépendante en particulier des contraintes en torsion et impacts associées au sport en question) :

Concernant la course à pied, les études ne sont pas toutes du même avis, mais celles qui démontrent un risque augmenté d’arthrose ont fait un lien avec la vitesse moyenne de course et la distance effectuée par semaine. Ainsi, pour ne pas clairement augmenter ce risque, il faudrait courir en moyenne à moins de 15km/h et moins de 50 kilomètres par semaine.

Lorsque le mal est fait

Lors d’antécédents de lésion articulaire, il convient d’adapter sa pratique sportive du mieux possible. Certains sportifs pourront ainsi continuer à pratique leur sport habituel, tandis que d’autres auront tout intérêt à y renoncer, ceci à nouveau en fonction des contraintes que provoque l’activité sur l’articulation lésée. Dans tous les cas, il est nécessaire d’avoir  un matériel adéquat, de bonnes connaissances techniques du sport pratiqué et de privilégier des sports à faibles impacts et contraintes articulaires.

Une fois que l’arthrose s’installe…

En cas d’arthrose avérée, un traitement doit être mis sur pied. Des programmes d’entrainements existent, utilisant notamment la marche, le nordic walking, l’aquafitness ou le cycloergomètre (vélo d’appartement), en séances de 30 à 60 minutes. Ils ont comme buts d’améliorer l’état physique général, de renforcer et d’étirer les muscles (stretching). Le tableau ci-dessous classe les sports recommandés ou non en cas d’arthrose avérée:

 

Finalement, mieux vaut bouger ou ne pas bouger?

La meilleure solution est de choisir un sport qui soit motivant et qui procure du plaisir, puis de le pratiquer à une intensité modérée (une longue durée à faible intensité ne pose pas de problème). Si vous avez eu des accidents articulaires ou que vous souffrez de surpoids, il vaut mieux en parler à votre médecin qui pourra vous conseiller un sport adéquat afin de diminuer votre risque d’arthrose.

Référence

Adapté de «Activités physiques – sport et arthrose», Drs J.-L. Ziltener, S. Leal, S. Borloz, Service d’orthopédie des HUG, Genève, in Revue médicale suisse 2012;8:564-70, en collaboration avec les auteurs.

Santé du Monde