En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer

Les principales causes de la perte de cheveux chez les femmes

Les principales causes de la perte de cheveux chez les femmes

1. Alopécie féminine et ménopause

Avec l’âge, certaines femmes perdent plus de cheveux que la normale. La raison la plus courante après la ménopause est l’alopécie féminine. « Féminine » est ici un mot clé, parce que cette calvitie diffère de celle des  hommes. Alors que les hommes voient leur front dégarnir, chez les femmes, la perte de cheveux se présente comme un éclaircissement du sommet du crâne ou des côtés ou un amincissement global qui révèle le cuir chevelu.

Selon le docteur Robert Jones du Centre de Greffe de Cheveux à Oakville en Ontario, la chute des cheveux (ou alopécie) chez la femme est largement attribuable à la génétique. Il estime que 80 à 90 pour cent des cas de calvitie sont reliés à l’historique familial. Cette situation peut être causée par un dérèglement thyroïdien, un déséquilibre hormonal et des effets secondaires suite à une prise de médicaments comme les antidépresseurs.

2. Stress et mauvaise hygiène de vie 

Nick Dimakos, fondateur de SureThik International, soutient que le stress représente également un facteur de risque. Jetez un œil sur votre mode de vie : avoir un régime équilibré, apprendre à gérer le stress et faire de bonnes nuits de sommeil peut être tout ce qu’il faut pour enrayer la perte de cheveux.

3. Carences en fer, en zinc et en silicium

La perte des cheveux associée à des carences alimentaires peut souvent être contrôlée en améliorant votre bien-être général. Une étude clinique de 2012 a démontré que Viviscal, un supplément nutritionnel à base de protéines marines, stimule la croissance des cheveux (sans effets secondaires) chez les femmes qui présentent une perte de cheveux temporaire.

« Lorsque le corps subit un stress ou est carencé, il voit vos cheveux comme non essentiels, alors il cesse d’alimenter les follicules pileux pour soutenir les organes vitaux, » dit Mark Holland, PDG de Viviscal en Amérique du Nord.  Des carences en fer peuvent également conduire à affiner la chevelure.  Une saine alimentation a donc toute son importance. « Les personnes carencées en zinc ou en fer peuvent être victimes d’une chute sévère des cheveux, dit-il. Une personne normale peut perdre de 50 à 100 cheveux par jour alors que celle qui souffre d’une carence en fer ou en zinc aura une perte nettement supérieure. » Tout comme le zinc, le silicium est primordial.

« Parmi les bonnes sources alimentaires de silicium, mentionnons le concombre, la mangue, les légumes feuillus verts, les fèves, le céleri, les fraises et les asperges », nous précise Jenn Pike, nutritionniste holistique de Keswick (Ontario). Privilégiez également les aliments riches en zinc : « les graines de citrouille, les huîtres fraîches, les noix du Brésil, les œufs biologiques et les pacanes », ajoute-t-elle.

4. Pelade

Des poignées de cheveux tombent sans raison. « On croit que ce pourrait être un problème immunitaire, mais c’est une maladie compliquée et la cause exacte n’est pas connue », fait remarquer la Dre Denise Wexler, dermatologue de London, en Ontario, et ancienne présidente de l’Association canadienne de dermatologie. Dans la pelade, le corps rejette les cheveux comme des envahisseurs, bien que ceux-ci puissent repousser sans traitement dans l’année.

5. Effluvium télogène

Un grand nombre de cheveux entrent en repos et meurent. Cette pathologie est déclenchée par un événement qui taxe le corps, comme une forte fièvre ou une perte de poids extrême. Vous pouvez ne pas noter qu’une grande partie de vos cheveux a cessé de croître, mais il s’ensuit une perte de cheveux évidente dans les semaines ou les mois suivants. « C’est courant chez les femmes qui ont accouché », explique la Dre Wexler. Au moment où vous constatez la perte, des cheveux en bonne santé ont déjà commencé à croître.

6. Régimes éclair

Une chute soudaine de l’apport en calories peut entraîner une perte de cheveux par petites mèches à la fois.

7. Le style de coiffure

Également connue sous le terme d’alopécie de traction, la perte de cheveux est souvent la conséquence des tresses ou des queues de cheval serrées.

8. Hypothyroïdie ou hyperthyroïdie

Un dérèglement hormonal causé par une glande thyroïde hypo ou hyperactive peut provoquer une perte de cheveux sur toute la tête. Mais les cheveux devraient repousser après le traitement du trouble de la thyroïde.

9. Grossesse

Les pertes de cheveux peuvent être provoquées par les fluctuations hormonales pendant la grossesse ou après l’accouchement. Au lieu de présenter des zones dégarnies de la tête ou un élargissement de la raie, vous pourriez perdre des mèches entières de cheveux.

10. Problème de santé et médicaments

La perte de cheveux chez la femme peut aussi être le signe d’une affection auto-immune, comme le lupus ou le psoriasis. Certains médicaments, les infections de la peau et même le manque de sommeil contribuent à la perte de cheveux. C’est pourquoi il est important de consulter un professionnel de la santé qui évaluera la perte de cheveux inexpliquée, surtout si vous remarquez des symptômes systémiques, tels que changement de poids ou problèmes intestinaux. Votre médecin fera un « essai de traction » pour voir combien de cheveux tombent facilement, examinera votre cuir chevelu, prendra une biopsie de vos cheveux ou de votre cuir chevelu et vérifiera votre glycémie.

Si vous êtes inquiète d’une chute inhabituelle de vos cheveux, parlez-en à votre médecin. Le traitement d’une maladie sous-jacente ou d’une carence peut suffire à redonner à votre chevelure son ancienne gloire. Si vous prenez des médicaments pour une maladie chronique, mentionnez la perte de cheveux à votre pharmacien ou votre médecin. Celui-ci peut reconnaître le médicament à l’origine de la chute excessive de cheveux.

Santé du Monde