En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer

Des calories qui brûlent littéralement, une différence hommes-femmes et l’influence de la calorie sur la prise de poids.

CALORIES: LE SAVIEZ-VOUS?

 

Des calories qui brûlent littéralement, une différence hommes-femmes et l’influence de la calorie sur la prise de poids. Si vous ne le saviez pas encore, à lire absolument.

On peut mesurer la quantité d’énergie fournie à l’organisme par l’alimentation en brûlant un échantillon d’aliment (un ou deux grammes déshydratés sinon il ne brûle pas !) dans une «bombe» dite calorimétrique.
Une véritable  explosion se produit. Celle-ci dégage une quantité de chaleur en fonction de la valeur énergétique de l’aliment.
Une kilocalorie = la quantité d’énergie nécessaire pour élever la température d’1 kg d’ H2O de 1 degré.
Si le volume d’H2O – qui se trouve dans l’enceinte du calorimètre – augmente de 9 °C (pour 1 g d’aliment tel que de l’huile), la valeur énergétique brute (in vitro) sera donc de 9 kcal/g.

Pour le même poids, les besoins énergétiques des filles sont inférieurs de 15 à 20 % à ceux des garçons. Les raisons en sont:
a) un poids et une taille moins élevés;
b) une masse musculaire plus faible. La dépense journalière  d’un garçon de 45 kg est donc similaire à celle d’une fille de 60 kg sans surpoids (environ 2600 kcal par jour)!

L’exemple ci-après illustre l’influence déterminante de l’apport calorique sur la prise de poids.
Lors de la consommation d’un surplus de 20 kcal par jour en plus des besoins journaliers (= un carré de chocolat = 3 g en moyenne), que se passe-t-il?
20 kcal × 365 jours = 7700 kcal sur une période d’une année
Ce surplus de 1 carré de chocolat quotidien aboutit à une prise de poids approximative de 1 kg en une année. Attention, cette valeur n’est pas extrapolable à 5-10 ans!
C’est dire si l’organisme est normalement une machine de haute précision, capable d’ajuster parfaitement les apports caloriques par rapport aux dépenses. Pourtant, un certain nombre d’individus ont plus de difficulté à opérer cet ajustement. En mangeant  en excès, ils prendront du poids.

Référence

Extrait de «Alimentation et surpoids à l’adolescence, Manuel de prévention et ateliers pratiques»,  Dr Dominique Durrer et Yves Schutz, Médecine et Hygiène, 2010.

Santé du Monde