En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer

EST-IL VRAI QUE PENDANT L'ALLAITEMENT ON PEUT SE PASSER DE CONTRACEPTION ?

Sexe après bébé : comment on se protège ?

 

Après l'accouchement, les nouveaux parents sont contents de pouvoir reprendre les câlins... Seulement, si vous ne voulez pas être maman « coup sur coup », il est nécessaire d'avoir recours à un moyen de contraception adapté.

QU'EST-CE QUE LE RETOUR DE COUCHES ?

Cette étape se produit à la fin d'une période qui s'étend de l'accouchement à la réapparition des règles (retour de couches) qui survient au bout de 6 à 8 semaines, même si, en fait, le retour de l'organisme à la normale demande 4 à 6 mois. Bon à savoir : l'absence de retour de couches est une aménorrhée. Le médecin recherche alors les signes d'une nouvelle grossesse ou d'une rare pathologie.

QUAND REPRENDRE LA CONTRACEPTION ?

Passés le retour de couches et les inévitables douleurs (légères ou parfois intenses) post-accouchement, le couple peut bien entendu reprendre une vie sexuelle normale. C'est à ce moment-là que la maman doit consulter son gynéco afin de reprendre la contraception qu'elle utilisait avant sa grossesse ou de privilégier un autre mode contraceptif (c'est souvent à la suite d'une naissance que l'on opte pour le stérilet). Physiologiquement, le corps de la femme est alors prêt pour une nouvelle grossesse, il est donc plus que jamais nécessaire de prendre les précautions qui s'imposent...

À savoir : la contraception après l'accouchement est une question à aborder avec votre gynécologue ou votre sage-femme lors de votre séjour à la maternité.

QUELLE CONTRACEPTION CHOISIR ?

« La meilleure contraception, c'est celle que l'on choisit », tel est le message de l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes) pour inciter les femmes à adopter une démarche de choix réfléchi parmi la large palette de méthodes contraceptives disponibles. Pour être bien acceptée et suivie, la contraception doit être adaptée à chaque femme et non émaner du seul choix du médecin. Elle doit aussi être expliquée ou réexpliquée en détail afin d'apaiser les doutes (beaucoup de femmes imaginent le stérilet comme une méthode irréversible) et de tordre le cou aux idées reçues (le patch donnerait des allergies, le stérilet pourrait blesser le sexe de Monsieur...).

QUELS PRÉSERVATIFS CHOISIR?

Comme de nombreuses femmes qui souhaitent attendre quelques semaines après la naissance de Bébé avant de reprendre leur pilule ou se faire poser un stérilet, sachez qu'il existe des préservatifs de plus ou moins bonne qualité. Optez pour une marque connue et assurez-vous que l'emballage comporte bien le sigle NF (qui indique que les préservatifs répondent à des critères précis en matière de solidité, de risque d'allergies...). Et respectez la date limite d'utilisation.

EST-IL VRAI QUE PENDANT L'ALLAITEMENT ON PEUT SE PASSER DE CONTRACEPTION ?

Absolument pas ! Allaiter diminue la fertilité, certes, mais pas au point d'empêcher une nouvelle grossesse ! Et à moins qu'être parents « coup sur coup » ne soit votre désir le plus cher, il faut nécessairement vous protéger lors des rapports sexuels. Préservatifs pour Monsieur, autres modes de contraception pour Madame sont compatibles avec l'allaitement : le gynécologue est là pour vous aiguiller. « L'allaitement bloque généralement l'ovulation, précise Edwige Antier, pédiatre, aussi est-il assez rare d'être enceinte pendant l'allaitement. Cette loi admet cependant des exceptions, surtout si vous pratiquez l'allaitement mixte. Si vous ne souhaitez pas avoir un autre bébé tout de suite, vous avez le choix entre deux méthodes contraceptives compatibles avec l'allaitement : la pilule microprogestative ou les contraceptifs locaux, c'est‑à‑dire le préservatif masculin associé à des spermicides appliqués au fond de votre vagin avant les rapports. »

L'ALLAITEMENT PEUT-IL JOUER SUR LE DÉSIR ?

L'allaitement maternel peut parfois inhiber (très transitoirement, fort heureusement !) le désir sexuel des nouvelles mamans. Et pour certaines, on peut même carrément parler de libido en berne ! Une disposition de repli sur soi induite par l'hormone du « non-désir » que le corps sécrète, la prolactine. Mais pas de panique, cette baisse du désir est momentanée, le taux de prolactine s'effondre au bout de trois mois, quand la montée de lait devient une fonction réflexe. Plus étonnant en revanche, des études ont constaté que les hommes qui s'occupaient beaucoup de leur bébé voyaient, eux aussi, grimper leur taux de prolactine, qui est en outre une hormone sensible au stress ! Ce qui avait évidemment pour conséquence d'endormir leur appétit sexuel. Mais que cette constatation ne vous incite pas à priver votre homme de sa relation avec bébé. Laissez lui donner le bain, le biberon, changer la couche de votre tout-petit afin que s'installe entre eux une belle complicité. Partager le bonheur d'être parents, cela vous aidera de toute façon à vous retrouver. Sur tous les plans...

Santé du Monde