En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer

Coupe faim l'Isoméride® et hypertension artérielle pulmonaire

Coupe-faim : l'Isoméride® peut encore frapper !


Les coupe-faim, comme l'anorexigène Isoméride®, ont été retirés du marché en 1997 en raison d'un risque d'hypertension artérielle pulmonaire. Or cette maladie grave pourrait se déclarer plus de 5 ans après la prise d'un anorexigène. En conséquence, les autorités de santé recommandent aux personnes ayant été traitées par ces coupe-faim de consulter leur médecin en cas d'essoufflement, de douleur dans la poitrine et de malaise à l'effort.

 

Coupe faim et hypertension artérielle pulmonaire
Les effets secondaires de ces coupe faim durent plus longtemps qu'on ne le croyait...
Pas d'affolement mais attention aux symptômes respiratoires !

Coupe faim et hypertension artérielle pulmonaire

Neuf ans après leur interdiction, les anorexigènes peuvent encore se révéler dangereux. Ces médicaments coupe-faim (Isomérides®, Pondéral®, Dinintel®, fenproporex®, Incital® et Moderatant®) diminuent la prise alimentaire en augmentant la synthèse de sérotonine, un neurotransmetteur cérébral. Ils ont tous été retirés du marché en 1997 car les utilisateurs de tels anorexigènes, en particulier pour des durées d'utilisation de plus de 3 mois, présentaient un risque de souffrir d'une hypertension artérielle pulmonaire 10 à 20 plus élevé que dans la population générale. Il s'agit d'une maladie rare mais grave, ayant mené à plus de 40 décès en France, tandis que d'autres malades ont dû subir une greffe de poumon. L'hypertension artérielle pulmonaire est habituellement identifiée à un stade avancé car les symptômes initiaux de la maladie sont communs à des maladies très diverses : essoufflement, malaise à l'effort, douleur dans la poitrine.

Les effets secondaires de ces coupe faim durent plus longtemps qu'on ne le croyait...

Cet effet secondaire des coupe-faim durerait, hélas, bien plus longtemps qu'on ne l'avait cru. En effet, selon une nouvelle étude, la maladie peut se déclarer même plus de dix ans après la prise du médicament. Celle-ci a porté sur 674 personnes atteintes d'hypertension artérielle pulmonaire dans 17 centres hospitalo-universitaires français. Chez 64 d'entre eux, la prise d'anorexigène sur une période de trois mois à plusieurs années a été retrouvée dans l'historique du malade. Le délai entre la dernière prise du coupe-faim et la survenue des premiers symptômes d'hypertension artérielle pulmonaire allait de 2 ans à plus de 5 ans. Plus précisément, l'étude montre que 43,5% des malades ont été touchés plus de 5 ans après avoir consommé le médicament et seulement 24% moins de deux ans après.

Pas d'affolement mais attention aux symptômes respiratoires !

En pratique, les autorités de santé recommandent aux personnes ayant pris ces coupe-faim avant leur interdiction en 1997, de consulter rapidement leur médecin devant tous signes pouvant évoquer une hypertension artérielle pulmonaire : un essoufflement, une douleur dans la poitrine et un malaise à l'effort.


 

Santé du Monde