En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer

« Lombalgie, hernie, sciatique, cruralgie. Comment s’y retrouver et savoir de quoi on souffre exactement ?

Quels symptômes pour quels maux de dos ?

 


 « Lombalgie, hernie, sciatique, cruralgie. Comment s’y retrouver et savoir de quoi on souffre exactement ? » John, 31 ans

 

La lombalgie résulte d’une lésion mécanique discale. C’est la plus répandue des affections dorsales, elle peut être aiguë ou chronique. Le lumbago, improprement qualifié de « tour de reins », est l’expression la plus courante de la lombalgie aiguë. Il correspondrait à une hernie (entorse) discale. Il se caractérise par une douleur intense et brutale, déclenchée par un effort de soulèvement, exacerbée par le moindre effort, et calmée par l’immobilité totale.

 

 

Sciatique : une douleur qui irradie dans l’arrière de la jambe

La hernie discale est une saillie du disque intervertébral qui vient s’écraser contre les nerfs (sciatique ou crural), donnant lieu à une névralgie. Celle touchant le nerf sciatique est la plus connue : la douleur naît au bas du dos, descend vers la fesse, chemine à l’arrière de la cuisse et atteint la jambe puis le pied. La douleur est maximale en journée et aggravée par les positions assise et debout.

 

Cruralgie, ou « la sciatique du devant »

La cruralgie est une douleur au niveau de la cuisse, causée par une atteinte du nerf crural, qui commande la sensibilité de la partie avant de la cuisse. Elle touche plus souvent les personnes de plus de 50 ans. La confusion avec la sciatique est fréquente, car les douleurs sont assez similaires. Il faut prêter attention à la localisation, puisque des nerfs différents sont concernés. Quel que soit le nerf atteint, la douleur est très vive et elle est exacerbée par l’effort.

 

Quand consulter en cas de mal de dos ?

Une consultation spécialisée devient impérative si la lombalgie s’accompagne de fièvre, d’un état infectieux, en cas d’amaigrissement, d’altération de l’état général. Ou si la douleur s’accompagne de difficultés à uriner, d’impuissance, d’incontinence, ou s’il existe des troubles de la marche ou un début de paralysie. Cette consultation sera aussi l’occasion de s’assurer que ce mal de dos ne relève pas d’une spondylarthrite ou d’une autre maladie rhumatismale ou osseuse pouvant avoir un impact au niveau de la colonne vertébrale.

Santé du Monde