En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer

Les bienfaits de la figue

Les bienfaits de la figue

 

Violette, verte ou noire, la figue est le fruit d’été par excellence. Tout à la fois fraîche, juteuse, moelleuse et délicatement sucrée, elle regorge aussi d’une étonnante variété de bienfaits. Alors n’attendez pas, dégustez-la comme il vous plaira car la saison des figues fraîches est courte ! 

 

SOMMAIRE

Une grande variété
Unifère ou bifère
Pas très calorique
Un fruit plein d’atouts
Un concentré d’énergie
Savoir les choisir et les consommer
Mille et un plaisirs

Déjà évoquée dans l’ancien testament, la figue est considérée comme le plus vieux fruit cultivé du monde (dès 9 400 avant Jésus Christ) et comme l’aliment de base des anciennes civilisations du bassin méditerranéen. Il faut dire que le figuier s’épanouit plus volontiers sous des climats ensoleillés et qu’il est capable de s’adapter aux terres les plus ingrates ! Le philosophe Platon, grand amateur de figues – à tel point qu’il était surnommé philosukos, celui qui aime les figues – les qualifiait de « nourriture des athlètes par excellence ». En France, La Quintinie, jardinier de Louis XIV, qui pour satisfaire sa passion et celle du roi Soleil planta, à Versailles, pas moins de sept cent figuiers de diverses variétés !

Une grande variété

Tout d’abord, il faut savoir qu’au sens botanique du terme, la figue n’est pas un fruit mais un faux fruit. En fait, il s’agit d’une inflorescence, sorte de réceptacle charnu, appelé synconium, qui contient d’innombrables et minuscules fleurs. Arrivé à maturité, ce réceptacle devient comestible. On compte pas moins de 750 variétés de figues qui poussent sous des climats chauds et méditerranéens. C’est pourquoi aujourd’hui encore l’essentiel de la production mondiale se situe en Turquie, Égypte, Algérie, Maroc, Iran... Et comme la figue est extrêmement délicate et fragile à transporter, elle est surtout commercialisée séchée. Il faut 5kg de figues fraches pour donner un kilo de figues sèches ! Du coup, les fruits frais que l’on peut trouver de juin à fin août, sur les étals de nos marchés, proviennent le plus souvent de l’hexagone.

Le saviez-vous ? L’expression "mi figue mi raisin" viendrait, d’une ruse utilisée par les marchands corinthiens qui livraient des raisins à Venise. Ils avaient en effet coutume « par inadvertance » de mélanger au raisin des morceaux de figues sèches plus lourdes et surtout bien moins chères !

Unifère ou bifère

Les figuiers ayant besoin de soleil et de chaleur pour mûrir, la production française se concentre bien sûr dans le sud et en Corse, mais on trouve aussi quelques variétés plus rustiques en Bretagne. Selon la variété justement, le figuier peut être unifère (donner des fruits une fois par an) ou bifère (fleurir au printemps et à l’automne et donc donner deux récoltes). Principalement, on distingue trois catégories de figues, réparties suivant leur couleur :

- La figue blanche a la peau très fine vert pâle et une pulpe plutôt rose. Telle que la blanche d’Argenteuil, juteuse, sucrée et très parfumée, recherchée pour sa saveur. Ou la figue de Marseille réputée pour sa saveur douce et mielleuse.

- La figue violette a une peau violette, pourpre ou presque noire et sa chair plus ou moins grenat variant du rose clair au framboise. Comme la noire de Caromb, qui est très sucrée mais quelque peu farineuse. Ou encore la plus populaire en France, la figue de Solliès, qui bénéficie d’une AOC et représente 75 % de la production française. Elle est peu juteuse mais parfumée et très savoureuse !

Pas très calorique

Enfin, la figue grise, moins fréquente sur nos marchés, a une peau grise et légèrement violacée, sa chair est brune à rose clair. Telle que la figue grise de la Saint Jean, dont la chair est juteuse et aussi délicieuse fraîche que séchée. Contrairement aux idées reçues, la figue fraîche n’est pas plus calorique qu’une pomme ou une prune : 100 g de fiches, soit 2 fruits moyens, équivalent environ à 70 calories. En fait, l’essentiel de sa valeur énergétique provient de sa teneur en glucides (13,4 g) car elle renferme peu de protéines (1,3 g) et très peu de lipides (0,3 g). C’est donc un véritable atout santé, parfaitement adapté à une alimentation minceur. D’autant que la figue est riche en fibres alimentaires qui favorisent durablement la satiété. Elle renferme 30 % de fibres solubles et 70 % de fibres insolubles.

Un fruit plein d’atouts

Les fibres solubles contribuent à normaliser les taux sanguins de cholestérol, de glucose et d’insuline. De récentes études ont d’ailleurs montré que la figue, dans le cadre d’un régime sain, permettait de faire fondre les graisses et ainsi de perdre du poids efficacement. Ces fibres ont aussi un rôle protecteur contre les maladies cardiovasculaires et le diabète de type 2. Les fibres insolubles fixent l’eau et vont de ce fait, favoriser le transit intestinal et ainsi lutter contre la constipation. Et c’est un excellent moyen de prévenir le cancer du côlon. Autre atout, sa richesse en antioxydants, notamment des composés phénoliques, qui en fait un aliment protecteur contre l’apparition de cancers. À noter que les figues les plus foncées sont celles qui renferment le plus d’antioxydants.

Un concentré d’énergie

De plus, la figue apporte un large panel de minéraux (potassium, calcium, magnésium…), d’oligo-éléments (zinc, fer…) et de vitamines (notamment du groupe B, mais aussi A et K), qui en fait un fruit très intéressant car équilibré et bénéfique à notre santé. Elle contient 80 % d’eau et beaucoup de sucres surtout après séchage puisque le taux de sucre entre fraîche et séchée passe de 16 à 51 %. Les figues se transforment alors en véritables bombes énergétiques et sont tout indiquées chez les sportifs, les convalescents ou les femmes enceintes. Toutefois attention en cas de régime ou de diabète car 100 g de figues sèches, c’est 249 calories !

Savoir les choisir et les consommer

À l’achat ou à la cueillette, la figue doit être souple mais ni dure ni molle, charnue et parfumée. D’ailleurs un proverbe dit « Pour qu’une figue soit bonne, elle doit avoir un habit de pauvre (pellicule grisâtre et fripée), un œil d’ivrogne (mouillée avec une gouttelette perlant à l’ostiole) et un cou de dévote (retombante par rapport au pédoncule). » Une fois cueillie, la figue ne murit plus, elle doit donc être consommée rapidement car elle s’altère très vite. Il n’est pas non plus conseillé de la conserver au réfrigérateur (même dans le bac à légumes) car elle absorbe facilement les odeurs et risque de perdre son gout si subtil. Le mieux est encore de conserver vos figues à l’air libre sans les entasser pas plus de quatre jours.

Mille et un plaisirs

On a pour habitude de déguster la figue comme n’importe quel fruit au naturel ou en dessert dans une salade ou encore confiture. Mais la figue se marie aussi à merveille avec une multitude plats salés. Elle peut par exemple se déguster avec les viandes blanches, les volailles, de nombreux fromages, beaucoup de légumes, le jambon de parme et le foie gras évidemment ! Et plus simplement, vous pouvez agrémentez vos salades estivales de quelques morceaux de figues, d’un jus de citron et d’un filet d’huile. Et en ce qui concerne les desserts, la figue peut se décliner à l’infini en tartes, clafoutis, gratins, sabayons, tiramisu ou pochées dans un vin moelleux… Alors profitez de l’été pour vous régaler de ces véritables concentrés de soleil sans hésiter à prolonger votre bonheur, l’hiver, avec des figues sèches !


 

Santé du Monde