En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer

LE FRUCTOSE, UN GÉNÉRATEUR DE GRAISSE EN PUISSANCE

Arrêter le sucre : des effets santé en deux semaines seulement

 

Plutôt que de faire des régimes, des chercheurs préconisent d'arrêter le sucre. Les effets bénéfiques sur la santé se manifesteraient dès les deux premières semaines.

Et si au lieu de vous lancer dans un éternel régime, vous arrêtiez ou diminuiez drastiquement votre consommation de sucre ? C'est ce que propose une étude parue dans The Journal of the American Osteopathic Association qui a analysé l'impact du fructose sur la santé. Cette recherche compile les résultats de nombreuses études sur la question et conclut qu'arrêter de consommer ce sucretransformé donne des résultats positifs sur la santé en seulement deux semaines, alors que sa consommation régulière expose à des risques d'obésité, de maladie du « foie gras » et de diabète de type 2.

LE FRUCTOSE, UN GÉNÉRATEUR DE GRAISSE EN PUISSANCE

Parmi tous les sucres, qui font globalement grimper la synthèse de graisse dans le foie, le fructose est l'un des pires. Il se retrouve sous forme de sirop de maïs dans 75% des aliments et boissons emballées car il est moins cher que le sucre brut et plus sucré. Il est particulièrement mauvais pour l'organisme : le fructose n'a en effet aucune valeur nutritionnelle et n'est pas métabolisé par le cerveau. Il est converti très rapidement (18,9 fois plus vite que le glucose, un autre sucre) en graisse, mais le cerveau ne reconnaît pas que le corps a été nourri. Résultat : il a toujours faim et donne l'ordre de manger. Pour couronner le tout, le corps devient léthargique et est moins enclin à faire de l'activité physique. Le cocktail parfait pour stocker le gras et prendre des kilos.

Les médecins à l'origine de l'étude préconisent donc de bannir ces sucres transformés de l'alimentation pour les personnes en surpoids, en axant le discours sur l'aspect santé. De nombreux médecins demandent à leurs patients de manger mieux et de faire plus d'exercice physique et les convient à un nouveau rendez-vous un mois plus tard. Le docteur Winters, qui a participé à l'étude, propose plutôt que le praticien convoque son patient deux semaines après l'arrêt du sucre pour lui montrer les effets sur son métabolisme, par une simple prise de sang. Ainsi, les patients seraient plus motivés à poursuivre leurs efforts en constatant très vite les bienfaits pour leur santé.

Santé du Monde