En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer

Les bienfaits de l'activité physique pendant la grossesse

Quel sport pendant la grossesse ?

 

Pendant la grossesse, l'activité physique est bénéfique à plus d'un titre. Elle fait tout simplement partie de l'hygiène de vie. Mais attention, pas n'importe quelle activité et toujours avec modération ! Suivez nos conseils.

 

Les bienfaits de l'activité physique pendant la grossesse
Point trop n'en faut
Conseils aux sportives de haut niveau
Les sports à ne pas (ou plus) pratiquer
Les activités recommandées pendant la grossesse

Les bienfaits de l'activité physique pendant la grossesse

Si la grossesse est normale, une activité physique bien adaptée et pratiquée en douceur (modérée en intensité) limite les risques de complications et apporte détente et bonne forme physique. Elle contribue également à réguler l'humeur, l'appétit et le sommeil. Et c'est aussi un excellent moyen de préparer l'accouchement.

Une étude canadienne vient même de prouver que pratiquer une activité physique durant la grossesse réduit de 30% les risques de donner naissance à un bébé de gros poids (1). Et par rapport aux sédentaires, les femmes enceintes les plus sportives voient aussi leur risque de césarienne diminuer de 20%.

Point trop n'en faut

Les efforts musculaires, cardiaques et respiratoires sont bénéfiques car ils améliorent la circulation sanguine et l'oxygénation de la mère et du bébé. Attention toutefois à bien doser les efforts car durant la grossesse les rythmes cardiaques et respiratoires sont déjà naturellement augmentés. Tout excès se traduit par de la fatigue et des essoufflements préjudiciables au bébé. En effet, en cas d'effort intense, vos muscles captent davantage d'oxygène dont le bébé risque alors d'être privé momentanément. Un tel évènement peut perturber sa croissance et déclencher des contractions

Conseils aux sportives de haut niveau

Durant la grossesse, il faut lever le pied. Toute compétition doit être abandonnée. Quant aux entraînements, ils doivent être adaptés : réduire l'intensité, la durée et fractionner les efforts. Bien sûr, en cas de sport à risque et contre-indiqué pendant la grossesse, il faudra s'orienter temporairement vers une autre activité, plus douce.

Les sports à ne pas (ou plus) pratiquer

Tous les sports susceptibles de provoquer des secousses, des chocs, des chutes et de la fatigue sont à exclure formellement : judo, aïkido et autres sports de combat, équitation, ski alpin, ski nautique, patinage, aérobic, escalade, athlétisme, plongée sous marine, sports d'équipe (volley-ball, hand-ball, basket…), roller, moto, VTT, etc.

Les activités recommandées pendant la grossesse

La marche et la natation sont les deux activités particulièrement conseillées pendant la grossesse.

Avec la marche, on peut facilement doser ses efforts en adaptant la durée et la difficulté de la marche. L'objectif : marche active au minimum une demi-heure par jour. En fin de grossesse, ralentissez et multipliez les pauses. Portez de bonnes chaussures qui maintiennent les chevilles, évitez les terrains accidentés (risque de chute) et veillez à maintenir votre dos bien droit (votre centre de gravité se modifie au fur et à mesure de l'avancée de la grossesse).

La natation tonifie les muscles et assouplit les articulations. Elle soulage les problèmes veineux et les lombaires.

Évidemment, ne plongez pas, ne faites pas d'apnée prolongée ni de compétition. Privilégiez le dos crawlé (la brasse tend à creuser les lombaires et à accentuer les douleurs dorsales).

A noter que l'aquagym et les préparations à l'accouchement en piscine sont d'excellentes activités.

Parmi les autres sports possibles : la gym douce (étirements, assouplissements, relaxation), le stretching, le yoga, la danse classique ou rythmique à condition de ralentir le rythme et de supprimer les sauts, la bicyclette avec modération sur route tranquille et stable.


 

Santé du Monde