En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer

Une bonne hydratation est une aide précieuse contre les infections urinaires basses

Femmes enceintes : hydratez-vous suffisamment !


Durant toute sa grossesse, la future maman a des besoins hydriques accrus, tant pour elle que pour son enfant. En effet, l'organisme se modifie afin de fournir au foetus l'eau et les éléments indispensables à son développement, ainsi qu'un environnement intra-utérin favorable à sa croissance. D'où l'importance de boire beaucoup, au minimum 1,5 litre d'eau, réparti du matin jusqu'au soir.

 

SOMMAIRE

Le sang maternel alimente le placenta
Les besoins en eau du fœtus
Grossesse et hydratation : des apports calciques à respecter !
Une bonne hydratation est une aide précieuse contre les infections urinaires basses
En résumé

Le sang maternel alimente le placenta

Au cours de la grossesse, l'augmentation du volume plasmatique sanguin maternel (en moyenne de 40%) est un des facteurs essentiels pour apporter au placenta une irrigation suffisante.

En parallèle, la concentration plasmatique en sodium diminue progressivement et se maintient grâce à une diminution du seuil de la sensation de la soif : la soif se manifeste donc plus tôt qu'à l'accoutumé.

Les besoins en eau du fœtus

L'hydratation de la mère retentit directement sur le volume du liquide amniotique (en moyenne à terme : 0,8 à 1 litre). Une insuffisance de liquide amniotique peut entraîner un développement pulmonaire incomplet (hypoplasie pulmonaire), qui peut être parfois fatal, ou encore une diminution des mouvements fœtaux, responsable de déformation de la face et des membres.

La consommation d'eau est donc primordiale tout au long de la grossesse et est nécessaire à deux niveaux :

pour les tissus fœtaux, puisque l'eau constitue leur principal composant ;

pour le liquide amniotique, lequel joue un rôle fondamental tant pour le développement du fœtus que pour sa protection ; il constitue une triple barrière : mécanique, thermique et anti-infectieuse.

Grossesse et hydratation : des apports calciques à respecter !

Au troisième trimestre de grossesse les apports journaliers recommandés en calcium sont de 1.000 mg par jour.

Si nécessaire, une eau minérale riche en calcium peut contribuer à couvrir ces besoins.

Une bonne hydratation est une aide précieuse contre les infections urinaires basses

Les infections urinaires basses peuvent être dangereuses pour le fœtus : retard de croissance in utero, accouchement prématuré, avortement.

Chez la femme enceinte, il existe une diminution de la tonicité des voies urinaires et une baisse globale des défenses immunitaires pouvant favoriser le processus infectieux. Dans ces conditions, une diurèse insuffisante (quantité d'urine inférieure à 1,5 l/jour) constitue un facteur aggravant.

Par ailleurs, il est nécessaire d'être encore plus vigilant chez les femmes ayant des antécédents :

d'infection urinaire, car le risque double ;

de bactériurie, 50% des femmes infectées pendant leur grossesse ont un antécédent de bactériurie.

En résumé

Une hydratation insuffisante pendant la grossesse est responsable d'une faible diurèse, de mictions espacées et peu fréquentes, donnant alors le temps aux microbes présents dans la vessie de se multiplier (leur quantité double toute les 20 minutes !).

Ce processus favorise l'apparition d'infections urinaires, dont les cystites.

Les femmes sujettes aux cystites doivent donc impérativement augmenter leur quantité de boissons afin d'émettre au minimum 2 litres d'urine par jour et de s'astreindre à vider leur vessie au moins 4 fois par jour.

Pour y arriver, un conseil : démarrez la journée avec une bouteille pleine d'1,5 ou de 2 litres d'eau plutôt faiblement minéralisée, ne la quittez plus et buvez régulièrement dès le matin jusqu'au soir.


 

Santé du Monde