En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer

Les maladies dites fonctionnelles de l’œsophage et de l’estomac sont assez courantes mais réversibles.

ZOOM SUR LES MALADIES FONCTIONNELLES DE L’ŒSOPHAGE ET DE L’ESTOMAC

 

Les maladies dites fonctionnelles de l’œsophage et de l’estomac sont assez courantes mais réversibles. Avant d’envisager un traitement, il est important que le patient modifie son hygiène de vie.

Maladie du reflux, hernie hiatale ou encore œsophage court, ces maladies ne vous disent peut-être rien et pourtant, elles sont relativement courantes. Elles concernent tout l’appareil digestif haut, soit l’œsophage, l’estomac et le segment initial de l’intestin grêle. On les appelle «fonctionnelles» car ce sont des maladies réversibles qui ne sont pas associées à une lésion particulière. Même si elles se ressemblent, leur traitement diffère selon le type de maladie. Mais avant d’envisager un traitement médical, la première étape consiste à modifier son hygiène de vie.

La maladie du reflux

Comme son nom l’indique, cette maladie se manifeste par une remontée du contenu acide de l’estomac dans l’œsophage. On estime qu’environ 33% de la population expérimente ce type de symptôme une fois par mois et 7% le vit quotidiennement. La maladie du reflux est le résultat d’une insuffisance du sphincter (anneau musculaire) inférieur de l’œsophage qui ne joue plus son rôle de «barrière anti-reflux». Les symptômes sont multiples et divers tels que régurgitations acides, douleurs lors de la digestion ou encore toux chronique. Il est avant tout primordial que le patient modifie son hygiène de vie (perdre du poids, éviter les repas gras, ne pas manger juste avant le coucher…). Si les symptômes persistent, des médicaments visant à réguler la production d’acide dans l’estomac seront recommandés. Dans le cas d’un échec ou d’une intolérance aux médicaments, la chirurgie représente une solution qui offre de bons résultats à moyen et court terme.

Hernie hiatale

Une hernie hiatale se caractérise par un glissement d’une partie de l’estomac dans le thorax à travers un orifice (hiatal) du diaphragme. L’obésité et l’âge sont deux facteurs de risque importants. Cette maladie se divise en deux types différents : le premier, le plus fréquent (85% des patients atteints) voit l’orifice supérieur de l’estomac, appelé «cardia», remonter dans le thorax. Comme la maladie du reflux est souvent associée à ce type, elle sera donc prise en charge dans le traitement. Une opération peut être envisagée afin de replacer le cardia dans l’abdomen. Dans le second type, c’est la partie la plus volumineuse de l’estomac qui se déplace dans le thorax. Dans ce cas, le passage en chirurgie dépendra notamment de l’âge et de l’état du patient ou encore de la présence de comorbidités (maladies qui s’ajoutent à la maladie initiale). Il convient toutefois de préciser que le taux de récidive après l’opération est élevé, mais les patients ne présentent alors plus de symptôme.

L’œsophage court

Un «œsophage court» serait consécutif à une maladie du reflux de longue durée qui provoquerait un raccourcissement de la couche musculaire de l’œsophage. Cette situation serait également associée à la présence d’une hernie hiatale de longue date et de grande taille. C’est pourquoi le traitement inclut la prise en charge de la hernie ainsi qu’une intervention chirurgicale afin de rallonger l’œsophage.

L’achalsie

Avec une incidence d’un cas pour 100 000 personnes, l’achalsie est une maladie rare d’origine inconnue dans laquelle le sphincter inférieur de l’œsophage n’arrive plus à se relâcher, provoquant alors des difficultés pour avaler les aliments. Cette maladie peut induire divers degrés de pression dans l’œsophage. Il s’agira donc de diminuer cette pression par le biais d’une endoscopie ou d’une opération. En effet, ces deux méthodes semblent être les plus efficaces. Mais, dans tous les cas, le patient sera surveillé à long terme à cause du risque élevé de développement d’un cancer de l’œsophage.

_________

Références:

- Adapté de «Traitements chirurgicaux des maladies fonctionnelles œsogastriques», Drs Michael Winiker et Pierre Allemann, Pr Nicolas Demartines, Service de chirurgie viscérale, CHUV; Dr Alain Schoepfer, Service de gastro-entérologie et d’hépatologie, CHUV. In Revue Médicale Suisse 2015; 11:1351-6. En collaboration avec les auteurs.

Santé du Monde