En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer

L'ACTION DE 200 MÉDICAMENTS SERAIT PERTURBÉE PAR LE CHARBON ACTIF

Charbon actif et contraception hormonale : attention, danger !

 

C'est la star des régimes détox : le charbon actif est super efficace lorsqu'il s'agit d'éliminer les toxines liées au stress et à la pollution. Sauf que selon certains spécialistes américains, il pourrait également perturber l'action de certains médicaments, parmi lesquels les contraceptifs hormonaux.

Le charbon actif, c'est « la » nouvelle tendance bien-être et lifestyle. Sur Instagram, les recettes black & healthy se multiplient : les blogueuses réalisent des glaces, des smoothies, des soupes, des macarons, des limonades... à partir de cette substance noire, obtenue à partir de coques de noix de coco carbonisées puis vaporisées. Reconnu comme détoxifiant, le charbon actif « aspirerait » les toxines à la manière d'une éponge.

Sauf que, selon certains spécialistes (qui se sont exprimés dans le magazine Eater), le charbon actif pourrait également perturber l'action des contraceptifs hormonaux, voire rendre ceux-ci inefficaces...

L'ACTION DE 200 MÉDICAMENTS SERAIT PERTURBÉE PAR LE CHARBON ACTIF

Le problème, c'est que le charbon actif est, finalement, trop efficace : « lorsque vous mangez une glace au charbon actif, celui-ci va absorber le calcium, le potassium et toutes les vitamines contenues dans le lait » peut-on lire dans le magazine Eater.

La gastro-entérologue Patricia Raymond explique même que « si vous en buvez et que vous êtes sous traitement médicamenteux, le charbon actif peut absorber les substances actives de votre médicament - et cela s'applique aussi aux contraceptions hormonales. » D'après les autorités sanitaires américaines, cette mise en garde vaudrait pour 200 médicaments, parmi lesquels l'ibuprofène et certains traitements contre l'asthme.

Conclusion : le charbon actif pour une cure détox de quelques jours, ça passe... mais attention à ne pas en abuser !

Santé du Monde