En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer

L'agence du médicament américain vient d'approuver la première pilule traçable numériquement dans le corps.

Les Etats Unis approuvent le premier comprimé connecté

 

L'agence du médicament américain vient d'approuver la première pilule traçable numériquement dans le corps.

Une petite révolution est en route dans le marché des médicaments. La Food and drug administration (FDA), l'agence de santé américaine, vient d'autoriser le premier comprimé électronique. Comprenez : le premier médicament capable d'être suivi numériquement à travers l'organisme. L'objectif de ces médicaments connectés ? Permettre le suivi d'un traitement médicamenteux en étant capable de déterminer si le comprimé a bien été pris et le moment (heure et date) de cette prise.

La pilule qui vient d'être approuvée par les autorités de santé américaines concerne pour le moment uniquement les patients traités pour la schizophrénie, les troubles bipolaires et les épisodes maniaques. Le comprimé connecté porte le nom d'Abilify MyCite aripiprazole est composé d'un capteur qui, une fois ingéré, assure la traçabilité du médicament. Comment ? Le capteur s'active lorsqu'il entre en contact avec les liquides gastriques. Le signal électronique est ensuite envoyé sur un récepteur présent sur un patch collé sur la poitrine du patient. Celui-ci enregistre alors les informations sur une application smartphone de l'utilisateur. Le dispositif offre aussi la possibilité aux médecins d'accéder aux informations du patient sous leur accord.

UN SYSTÈME PERFECTIBLE MAIS UTILE

Le système ne fonctionne pas en temps réel car la détection du médicament peut prendre 30 minutes à deux heures. Encore perfectible, ce suivi connecté d'un traitement constitue néanmoins une avancée qui pourrait bénéficier à certains patients. "Pouvoir suivre l'ingestion de médicaments prescrits pour la maladie mentale peut être utile pour certains patients", confirme Mitchell Mathis, directeur de la division des traitements psychiatriques au centre de recherche et d'évaluation des médicaments à la FDA, cité par la BBC.

Santé du Monde