En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer

Le " déjà-vu " commence à être compris comme un " phénomène de mémoire ".

Quand la science décrypte le sentiment de "déjà-vu"

 

Le " déjà-vu " commence à être compris comme un " phénomène de mémoire ". Mais le sentiment de prédiction qui l'accompagne reste inexpliqué. Des chercheurs américains se sont penchés sur la question et révèlent qu'il n'y a rien de surnaturel dans ce phénomène.

Ce sentiment étrange de " déjà-vu ", où l'on pourrait presque prédire ce qui va se passer dans les prochaines secondes, n'aurait rien de surnaturel. Anne Cleary, une chercheuse en psychologie cognitive à la Colorado State University, aux Etats-Unis, a recréé ce phénomène sur des volontaires afin d'étudier l'aspect " prémonition ". Ainsi, les participants n'étaient pas plus susceptibles de pouvoir prédire l'avenir que s'ils le devinaient aveuglément.

LE DÉJÀ-VU, UN PHÉNOMÈNE " MÉTAMÉMORIEL "

Anne Cleary et son équipe avaient montré que le déjà vu était probablement un phénomène de mémoire. Il se produit lorsque quelqu'un vit un moment similaire à ce qu'il a déjà vécu, sans pour autant parvenir à s'en souvenir. La psychologue assimile cela au « j'ai le mot sur le bout de la langue », ou encore « sa tête me fait penser à quelqu'un, mais je ne sais pas qui ». Ce sont tous des phénomènes "métamémoriaux" qui reflètent un degré de conscience subjective de nos propres souvenirs, expliquent les auteurs.

Ils ont montré par le passé que cette manifestation particulière de la familiarité était principalement provoquée par une scène spatialement similaire à une précédente. "Nous ne pouvons pas nous souvenir consciemment de la scène que l'on a déjà vécue, mais nos cerveaux reconnaissent la similitude", a déclaré Anne Cleary. "Cette information vient avec le sentiment troublant que nous avons été là avant, mais nous ne pouvons déterminer ni quand, ni pourquoi."

POUVOIR PRÉDIRE L'AVENIR ? UN SIMPLE SENTIMENT

Cette fois-ci, l'équipe de recherche a créé des scènes vidéo dynamiques plongeant les participants dans une série de tours où s'enchaînaient des virages. Après quoi, ils ont été placés dans des scènes ressemblant spatialement aux précédentes afin d'induire le " déjà-vu ". Au dernier moment, il leur a été demandé de prédire la direction du dernier virage.

Environ la moitié des participants ont ressenti une forte prémonition lors du " déjà-vu »" Cependant, ils n'étaient pas plus susceptibles d'avoir la bonne réponse que s'ils avaient dû choisir au hasard. Ce " sentiment de prédiction " est donc bien qu'un sentiment.

Santé du Monde