En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer

Les protéines végétales comme le soja, les légumes secs, seraient préférables aux protéines animales pour réduire le risque d'infarctus dans le syndrome métabolique.

Risque cardiovasculaire : avantage aux protéines végétales

 

Les protéines végétales comme le soja, les légumes secs, seraient préférables aux protéines animales pour réduire le risque d'infarctus dans le syndrome métabolique. 

Le syndrome métabolique est un terme utilisé pour décrire la présence simultanée d'au moins 3 facteurs de risque parmi les suivants : un excès de triglycérides dans le sang, un taux bas de cholestérol HDL, une hypertension artérielle, un tour de taille élevé, un métabolisme du glucose altéré. Le syndrome métabolique conduit lui-même à un risque accru de diabète de type 2 ou une maladie cardiovasculaire. Il s'accompagne souvent d'obésité abdominale. 

Pour savoir comment les sources de protéines influencent le syndrome métabolique, des chercheurs ont rassemblé les études comparant les effets des protéines animales et végétales sur les variables suivantes : cholestérolémie, pression artérielle, glycémie et composition corporelle. L’étude est financée par Nestlé.

 

Résultats de ce travail comparatif : par rapport aux protéines animales, la consommation de protéines de soja (avec isoflavones) ou d’autres protéines végétales (pois et protéines de lupins, gluten de blé), conduit à une baisse de plus de 3 % du cholestérol total et du cholestérol-LDL, surtout chez les personnes ayant des taux élevés de cholestérol à jeun. Certaines études d’observation ont rapporté qu’un régime riche en protéines végétales s’accompagne d’une pression artérielle plus basse, mais ceci n’est pas vérifié dans les études d’intervention. Par rapport aux protéines de petit-lait (whey), une consommation de protéines végétales au repas diminue l’insulinémie.

 

Conclusion : la consommation de protéines de soja associées aux isoflavones, ou d’autres aliments sources de protéines végétales pourrait aider à prévenir certains facteurs de risque associés aux maladies cardiovasculaires. Mais les auteurs n'ont pas pu tirer d'autres conclusions pour ce qui est de la gestion du poids et de la glycémie.

Santé du Monde