En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer

Une consommation importante d'oeufs n'est pas associée à des risques cardio-métaboliques chez les diabétiques de type 2.

Les diabétiques de type 2 peuvent manger des œufs (et pas qu’un peu)

 

Une consommation importante d'oeufs n'est pas associée à des risques cardio-métaboliques chez les diabétiques de type 2.

Pourquoi c’est important

Une idée reçue fortement répandue pousse à croire que la consommation importante d’œufs est dangereuse chez les diabétiques. Cette affirmation ne repose sur aucune bases scientifiques concrètes.

Une nouvelle étude parue dans The American Journal of Clinical Nutrition montre que ce n’est pas le cas.

Ce que les chercheurs on trouvé

Les autorités sanitaires de nombreux pays recommandent de limiter la consommation d’œufs en cas de diabète. Les chercheurs à l’origine de l’étude ont voulu vérifier la légitimité de ces recommandations.

Les scientifiques ont suivi des diabétiques, qu’ils ont séparés en deux groupes : 

L’un consommant plus de 12 œufs par semaine
L’autre moins de 2 œufs par semaine 

Ils ont ensuite mesuré certains paramètres biologiques associés aux risques cardio-métaboliques comme la protéine C-réactive et l’interleukine-6 (marqueurs de l’inflammation), le cholestérol sanguin (controversé), la glycémie (taux de sucre dans le sang), l’hémoglobine glyquée (marqueur de la glycémie à long terme), etc.

Au bout de 3 mois, aucune différence significative n’est apparue entre les deux groupes. Les auteurs de l’étude ont décidé de poursuivre leurs investigations.

3 mois de restriction calorique et 6 mois de suivi se sont donc ajoutés à l’essai initialement prévu. Après ces 12 mois, toujours pas de différence significative concernant les risques cardio-métaboliques entre les deux groupes. La consommation d’œufs, même élevée, ne semble pas poser de problèmes chez les diabétiques.

Il faut néanmoins émettre une réserve sur ces résultats, l’étude ayant été financée par la filiale australienne des ovo-produits (The Australian Egg Corporation).

 

En pratique

Cet essai contrôlé et randomisé est le premier à mesurer les effets d’une forte consommation d’œufs chez des prédiabétiques et diabétiques de type 2. Au vu de ces résultats, il ne semble pas y avoir de bonnes raisons d’interdire aux diabétiques de manger beaucoup d’œufs. Des résultats à confirmer.

Santé du Monde