En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer

Le rythme biologique des cellules cardiaques fait que le cœur supporte mieux une perte d’oxygénation l’après-midi.

Le cœur supporte mieux la chirurgie l'après-midi

 

Des chercheurs ont déterminé quel était le meilleur moment de la journée pour procéder à une chirurgie du cœur en étudiant l’horloge biologique des cellules cardiaques.

 

Le rythme biologique des cellules cardiaques fait que le cœur supporte mieux une perte d’oxygénation l’après-midi.

 

Comme nous, les cellules cardiaques ont leur propre horloge biologique, qui influe sur leur activité et leur résistance. Et il apparaît que (comme vous ?) le cœur n'est pas du matin... C'est la conclusion d'une étude française publiée dans The Lancet qui a étudié la tolérance du cœur à une privation d'oxygène — ischémie — en fonction du rythme moléculaire circadien des cellules qui le compose. En étudiant de près ce cycle biologique cellulaire qui rythme les périodes de 24 h, l'équipe lilloise des professeurs David Montaigne et Bart Staels (Institut Pasteur de Lille / CHU de Lille / université de Lille / Inserm) a déterminé que les cellules cardiaques étaient plus résistantes à une ischémie l'après-midi que le matin. Une découverte qui se fonde notamment


sur les travaux récompensés cette année par le prix Nobel de médecine, lesquels avaient établi dans les années 1980 que le métabolisme des êtres vivants repose sur des horloges internes, en particulier les mécanismes moléculaires qui règlent le rythme dit circadien.

Mieux vaut opérer l'après-midi

 

Lors d'un infarctus, un caillot sanguin bouche une artère et empêche le sang chargé en oxygène d'irriguer une partie du cœur. C'est cette privation qui provoque la souffrance des cellules situées dans cette zone, puis leur nécrose si la circulation sanguine n'est pas rapidement rétablie. Accidentelle et potentiellement mortelle dans ce cas précis, une ischémie peut aussi être provoquée afin de mener à bien une chirurgie du cœur (pontage coronarien, remplacement d'une valve, transplantation…). Il est alors nécessaire d'interrompre temporairement l'irrigation dans une partie du muscle cardiaque, le myocarde. Ainsi, ce que viennent des démontrer les chercheurs lillois, c'est que les cellules du cœur sont plus résistantes à l'ischémie dans l'après-midi. Autrement dit, une opération réalisée le matin présente davantage de risques de complications postchirurgicales. 

Les chercheurs ont pu observer chez la souris qu'une protéine, Rev-Erbα, liées aux gènes de l'horloge biologique est présente en plus grande quantité le matin. Surtout, la surveillance sur 500 jours de 596 patients opérés à cœur ouvert au CHU de Lille (298 le matin, 298 l'après-midi) entre janvier 2009 et décembre 2015 a révélé que ceux opérés en deuxième partie de journée avaient deux fois moins de risque de souffrir de complications juste après l'opération (9,4 % contre 18,1 %). S'il n'est pas encore question de supprimer toute opération programmée le matin, les auteurs soulignent que cette découverte devra un jour être prise en compte dans la programmation des opérations et transplantations cardiaques. Enfin, l'identification des processus moléculaires impliqués dans la résistance du cœur à l'ischémie pourrait ouvrir de nouvelles pistes thérapeutiques contre les accidents cardio-vasculaires.

Santé du Monde