En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer

SuperShe Island devrait ouvrir en juin prochain aux femmes désireuses de prendre le large vis-à-vis de la gent masculine.

Une île réservée aux femmes en Finlande

 

SuperShe Island devrait ouvrir en juin prochain aux femmes désireuses de prendre le large vis-à-vis de la gent masculine.

L'idée de partir faire une retraite spirituelle vous a déjà effleuré. Et une retraite 100 % féminine ? Sur SuperShe island vous pourrez séjourner quelques jours sur une île au décor de carte postale et vierge de toute empreinte masculine. Sur ce bout de paradis situé à 1h20 d'Helsinki, capitale de la Finlande, seules les femmes sont admises. Cette politique discriminatoire envers le sexe masculin, Kristina Rot, l'assume totalement. La maîtresse des lieux a acheté cette île spécifiquement pour permettre aux femmes de se retrouver entre elles et de "se concentrer sur elles-mêmes sans réveiller leurs hormones" selon les termes employés par cette cheffe d'entreprise américaine au New York Post. Cette femme, qui figure dans le classement des femmes dirigeantes les plus influentes de Forbes, a eu l'idée de faire construire un hôtel de luxe pouvant accueillir les résidentes désireuses de réaliser une sorte de "détox de testostérone".

Une palette d'activités sera proposée aux hôtes allant du yoga, à laméditation, aux cours de cuisine en passant par des séances de fitness. "Les femmes ont besoin de passer du temps avec d'autres femmes pour encourager les rêves et les désirs de chacune", justifie Kristina interrogé sur ce projet un brin féministe.

UNE COMMUNAUTÉ DE PRIVILÉGIÉES

Pour l'heure, SuperShe est ouverte aux proches de l'Américaine mais dès juin l'île sera ouverte au public. Les candidates impatientes peuvent d'ores et déjà demander à rejoindre la communauté SuperShe en s'inscrivant sur le site https://supersheisland.com/. Si la communication est rodée à grands renforts de posts sur les réseaux sociaux, le coût d'un tel voyage n'a toujours pas filtré.

Santé du Monde