En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer

Les techniques chirurgicales de l’obésité

Chirurgie de l’obésité : quelles techniques, quels bénéfices ?

 

En perdant du poids, on améliore son esthétique, son estime de soi et sa liberté de mouvements. Mais la perte de poids vise également à améliorer sa santé.

Les techniques chirurgicales de l’obésité permettent-elles une véritable amélioration dans ce domaine (hypertension, diabète, maladies cardiovasculaires…) ?

Le point sur cette question de poids !

 

L'obésité sévère est une maladie grave associée à une altération de la qualité de vie et à une réduction de l’espérance de vie.

En effet, l’obésité augmente le risque de développer de nombreuses pathologies associées : hypertension, diabète, excès de cholestérol, apnées du sommeil, dépression, cancers.

Lorsque les traitements de première intention contre l'obésité ont échoué, notamment le rééquilibrage alimentaire, l’activité physique, le soutien psychologique, les traitements médicamenteux, etc., la chirurgie peut représenter une solution.

La chirurgie de l'obésité s’adresse à des personnes ayant un indice de masse corporelle supérieur à 40 ou supérieur à 35 en cas de pathologies associées (diabète, hypertension artérielle, syndrome des apnées du sommeil, troubles fonctionnels articulaires…).

Quelles sont les principales techniques chirurgicales de l’obésité ?

Il existe deux principales techniques, reposant sur une diminution du volume de l’estomac :

L’anneau gastrique :

Un anneau de diamètre modifiable est placé sur la partie supérieure de l’estomac.

En réduisant ainsi le bol alimentaire, la sensation de satiété est plus rapide.

Le by-pass :

On réalise un court-circuit d’une partie de l’estomac de sorte qu’une partie des aliments se dirigent directement dans l’intestin grêle et soient donc assimilés en moindre quantité.

La gastrectomie représente une technique intermédiaire consistant, dans un premier temps, à ôter une partie de l’estomac (sleeve), et notamment celle contenant les cellules qui sécrètent la ghréline, l’hormone de l’appétit. Ainsi, en plus d’une baisse de l’appétit, les aliments arrivent plus rapidement dans l’intestin. Puis, dans un deuxième temps, il est possible de faire un by-pass.

Attention, ces traitements chirurgicaux peuvent être associés à des complications immédiates ou à moyen terme (vomissements, diarrhées, hypoglycémie, constipation, reflux gastro-œsophagien, ulcère, carences nutritionnelles, etc.).

Le taux de complications est d’environ 0,2 % concernant les interventions les plus simples, pour atteindre 25 % pour les opérations les plus lourdes.

C’est pourquoi le patient candidat à une chirurgie doit être bien informé au préalable des avantages et des inconvénients.

En perdant du poids, on améliore son esthétique, son estime de soi et sa liberté de mouvements. Mais la perte de poids vise également à améliorer sa santé.

Les techniques chirurgicales de l’obésité permettent-elles une véritable amélioration dans ce domaine (hypertension, diabète, maladies cardiovasculaires…) ?

 

En terme de perte de poids, la chirurgie de l’obésité permet une réduction pondérale de 50 à 80% de façon pérenne.

L’efficacité est donc bonne, mais les échecs sont possibles, avec notamment un amaigrissement insuffisant ou une reprise de poids.

Côté santé, l’opération se révèle clairement bénéfique comme démontré par une étude suédoise dénommée SOS Study, et publiée dans le célèbre Journal of the American Medical Association (Jama) en 2012.

Durant quinze ans, plus de 2.000 personnes obèses opérées ont été comparées à autant de sujets obèses non opérés.

Quelle que soit la technique chirurgicale employée et quel que soit l’indice de masse corporelle avant l’opération, l’acte chirurgical a nettement amélioré la qualité de vie et augmenté l’espérance en diminuant la mortalité.

Les personnes opérées étaient moins nombreuses à décéder d’infarctus, d’accident vasculaire cérébral, mais également de cancer. L’opération a aussi réduit l’incidence des complications, de diabète de type 2 notamment.

En conclusion, en plus du poids, le traitement chirurgical de l’obésité améliore nettement la santé des patients, diminuant notamment les accidents et la mortalité cardiovasculaire.

 

Santé du Monde