En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer

LE JOUR OU J AI CRU PERDRE LA VUE !!!!! par Alexandre pour Santé du Monde

LE JOUR OU J AI CRU PERDRE LA VUE !!!!!


Je venais juste de me réveiller en pleine nuit, me tournais pour changer de position quand j’ai vu subitement une étoile qui brillait dans le ciel.
Je m’imaginais être encore en plein rêve, allongé sur une plage, sous le ciel étoilé.


Le lendemain matin au réveil, en ouvrant les persiennes, je fus particulièrement heureux de découvrir le soleil qui brillait à son maximum.
Je décidais de faire une très longue balade le long des quais de Seine pour profiter de cette formidable journée.


Afin de profiter pleinement du soleil et de tous ses effets bénéfiques je me suis promene toute la journée en short et débardeur en gardant souvent mes lunettes de soleil à la main.
Étant à la fois fatigué et ravi de cette merveilleuse journée, en revenant chez moi, je me suis arrêté à la salle de fitness afin de faire une séance de musculation pour clore cette journée particulièrement sportive.
Ce fut à la fin d’une série de développé couché à la barre, que, en me relevant du banc, j’ai constaté une petite modification de ma vision : au niveau de l’œil gauche je distinguais comme des toiles d’araignées sur fond de brume, et voyais mes camarades d’entraînement à travers les fils de cette toile d’araignée…...


Je fus d’abord étonné mais non inquiet en étant convaincu que ce petit inconvénient allait disparaître rapidement.
Ce ne fut pas le cas et au contraire lorsque je dînais le soir même avec une de mes amies je m’aperçus que ce brouillage de la vision avait augmenté, la toile d’araignée s’étend étendue et s’étend parsemée de petits points et de petites mouches, l’œil droit commençant à présenter lui aussi quelques petites mouches qui se déplaçaient en même temps que mon regard.


Je ne m’intéressais même plus à la discussion avec mon amie, mais de temps en temps je mettais une main sur l’œil gauche puis sur  l’œil droit à tour de rôle afin de voir l’évolution de cette vision modifiée.
J’espérais que tout ceci allait rentrer dans l’ordre avant la fin de la soirée.


Contrairement à mes habitudes, à la fin du dîner, au lieu d’aller traîner, j’étais particulièrement pressé de rentrer chez moi pour essayer d’avoir un petit peu de sérénité, car je commençais à m’inquiéter sérieusement.
N’arrivant pas à dormir, et voyant toujours cette toile d’araignée avec ces points ,ces mouches, je fus obligé pour la première fois de ma vie de prendre un médicament pour dormir.


Le lendemain matin la situation n’avait absolument pas changée !!

 


J’arrivais à mon travail, en étant de plus en plus inquiet  et décidais d’appeler un de mes vieux amis ophtalmologue qui est installé à Vichy ou j’avais passé toute mon enfance, et que je n’avais jamais perdu de vue.
Lorsque je l’ai eu au téléphone, il était en congé pour quelques jours à Tunis, dans sa famille, et il s’est voulu le plus rassurant possible afin  de ne pas m’inquiéter davantage,  me demandant quand même quand est-ce que je pensais revenir à Vichy.


Devant mon hésitation, il m’expliqua d’un ton gentil mais ferme, que, rentrant de Tunis dans trois jours, il serait à son cabinet en fin de semaine et que je devais impérativement venir le consulter le samedi matin même s’il était toujours en congé !!


Ceci me rassura et m’inquiéta à la fois, sachant que j’allais être pris en charge par un excellent professionnel, mais me posant des questions quant à l’urgence de ce rendez-vous.
Étant arrivé la veille à Vichy, alors que j’avais rendez-vous le samedi à 10h30, j’arpentais le trottoir devant le cabinet de mon ami Rhida une heure avant.


Après une joyeuse embrassade, il me fit pénétrer dans son cabinet et débuta toute une batterie d’examens qui me stressaient de plus en plus….
Il m’expliqua que la situation risquait de s’aggraver, de devenir dramatique si nous n’agissions pas en urgence : en fait ma rétine commencait à se décoller, j’avais une petite hémorragie, et j’ai compris que cette déchirure qui se situait en arrière risquait d’évoluer très vite jusqu’à une perte importante de ma vision !!!


Rhida ne me donna pas le choix : à 15 heures je devais le rejoindre à la clinique afin de me faire traiter au laser.
Mon stress était à son comble malgré la gentillesse du chirurgien.


En attendant le rendez-vous je suis allé m’acheter une paire de lunettes en protection solaire maxima car j’avais compris que je devais par la suite me protéger de toute luminosité agressive.
Je pris quelques comprimés pour me détendre puis me rendis au rendez-vous.
Grâce aux comprimés j’étais totalement abruti et l’intervention se déroula à la perfection.
Pour me montrer qu’il n’y avait pas péril en la demeure, mon ami, le docteur R D m’invita à dîner ce qui me permit de me détendre et même de passer une excellente soirée de rigolade.

Progressivement, sur une période d’une dizaine de jours, j’ai retrouvé une vision correcte en faisant extrêmement attention au soleil, à la luminosité, sans faire d’effort physique, musculation boxe, comme je faisais par le passé.


Lors des rendez-vous de contrôle, il m’a été confirmé que le laser avait fait son effet et que le résultat de l’intervention était bon.
Depuis je fais extrêmement attention car avec le recul je me suis rendu compte que, avec mes erreurs et sans la réactivité et la professionnalité de mon ami Rhida j’aurais parfaitement pu, si ce n’est perdre la vue, tout au moins être fortement handicapé.

Je tenais à faire ce témoignage afin que les gens ne prennent pas trop les choses à la légère, contrairement à ce que j’ai fait, et fasse confiance aux professionnels de santé qui sont pour la plupart non seulement très compétents, mais très humain, permettant ainsi, pour nous les patients, d’être à ce jour très bien soigné : en effet pour mon cas, la vue est un bien extrêmement précieux que nous devons tout faire pour conserver afin de de profiter ainsi des merveilles de la nature.

Alexandre B. 51 ans

Santé du Monde