En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer

Conseils pour un régime sans gluten

INTOLÉRANCE: ET SI C’ÉTAIT LE GLUTEN?

 

Durant l’enfance déjà, il arrive que le gluten soit mal toléré. La réalisation d’examens médicaux est nécessaire pour comprendre la nature du problème.

Sans aucun doute vous est-il arrivé d’entendre parler du gluten, cette protéine contenue dans plusieurs céréales dont le blé, l’orge ou le seigle, notamment. Les enfants, au même titre que les adultes, ne sont pas épargnés par cette problématique alimentaire. Comment faire la différence entre la maladie cœliaque, l’allergie et une sensibilité à cette protéine? Toute la question est là. Car si les symptômes peuvent parfois se ressembler, les mécanismes, les tests et les mesures à mettre en œuvre ne sont pas les mêmes.

Dans le cas de l’allergie au gluten (allergie de type IgE-médiée), l’organisme réagit de façon immédiate face à une substance pourtant inoffensive. Quelques traces suffisent pour la déclencher. Au contact de l’allergène, les immunoglobulines du type IgE (des anticorps) entrent en jeu et déclenchent les symptômes typiques –plus ou moins sévères– de cette forme d’allergie (urticaire, angio-œdème, rhinite, conjonctivite, vomissements, diarrhée, choc anaphylactique). Pour conclure à ce diagnostic, des tests (cutanés et sanguins) devront être effectués et corrélés avec l’anamnèse du médecin. Le traitement consiste à éliminer tous les produits qui contiennent l’allergène, sans négliger les sources cachées. Une mesure qui n’est pas simple, étant donné que l’on retrouve du gluten non seulement dans le pain ou les gâteaux, mais aussi dans bon nombre de produits industriels.

Maladie auto-immune

1% de la population suisse est touchée par la maladie cœliaque.

La maladie cœliaque ou intolérance au gluten relève d’un autre mécanisme. Elle touche 1% de la population. «Il s’agit d’une maladie auto-immune qui endommage la muqueuse de l’intestin grêle lors de l’ingestion du gluten», explique le Dr Andreas Nydegger, médecin adjoint à l’Unité de gastroentérologie pédiatrique du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV). En effet, la maladie vient dégrader les villosités intestinales, «sorte de petits cils qui aident à digérer la nourriture et à absorber les nutriments, vitamines et minéraux dont nous avons besoin pour grandir et être en forme», complète Joan Germann, diététicienne, membre de l’Antenne des diététiciens genevois (ADiGe), dans l’introduction de son livre de recettes à destination des enfants cœliaques*. La destruction des villosités de l’intestin provoque une atrophie de la muqueuse intestinale. Ceci a pour conséquence une moins bonne absorption des nutriments utiles pour notre corps (protéines, glucides, lipides, vitamines, minéraux), et donc des carences.

Conseils pour un régime sans gluten

Eviter strictement le blé, le blé vert, le seigle, l’orge, l’épeautre, le kamut, l’amidonnier, le triticale, l’engrain ainsi que les aliments fabriqués avec ces céréales.
Lire l’étiquette des aliments et repérer le symbole «sans gluten» (épi barré) ou le label Allergie Suisse, recommandé par aha! Les produits industriels sans gluten sont de plus en plus nombreux sur le marché.
Ne pas oublier les aliments qui sont naturellement sans gluten: les pommes de terre, le maïs, le riz, le sarrasin, le quinoa, l’amarante, le millet, le teff et les légumes secs. De même, les aliments non traités: viande, poisson, œufs, lait et produits laitiers, légumes, fruits, huiles végétales et sucre.

 

Chez l’enfant, la maladie se déclare typiquement à l’âge d’un an et demi ou deux ans, sous la forme de ballonnements, maux de ventre, diarrhée, perte d’appétit, perte de poids, arrêt de la croissance, pleurs et irritabilité. Mais elle peut très bien se déclarer à n’importe quel âge: «Plus l’enfant est grand, plus les symptômes risquent d’être absents ou atypiques», constate le Dr Nydegger. Néanmoins, chez l’adolescent (et l’adulte), on peut observer les symptômes suivants: carences (fer, anémie, calcium), fatigue voire épuisement, douleurs abdominales, diarrhée ou à l’inverse constipation, diminution de la force et des performances, baisse de la concentration, troubles de l’humeur, stérilité, etc.

En cas de suspicion de la maladie cœliaque chez l’enfant, on commencera par doser la présence d’anticorps spécifiques dans le sang. «Pour cela, il est indispensable que l’enfant continue à manger du gluten jusqu’au moment de la consultation médicale. Car avec un régime sans gluten, la quantité d’anticorps diminue, tandis que l’état de l’intestin s’améliore. On court ainsi le risque de passer à côté du diagnostic», précise le spécialiste du CHUV. Si les valeurs de ce test sont élevées, un test génétique et/ou une biopsie de l’intestin, réalisée par gastroscopie, sera alors utile pour confirmer le diagnostic.

Une simple sensibilité

Certains enfants, comme les adultes du reste, se situent dans une zone grise, celle de la sensibilité au gluten. Il ne s’agit ni d’une allergie, ni d’une intolérance. «Ces patients se sentent moins bien s’ils mangent des aliments contenant du gluten. Ils ont des symptômes digestifs, tels que des flatulences, des reflux, des ballonnements ou encore des maux de tête ou des troubles de l’humeur. Mais contrairement aux intolérants au gluten, il n’y a aucun danger pour eux d’en absorber, car cela ne provoque chez eux ni allergie, ni atrophie de la muqueuse intestinale», affirme le Dr Nydegger.

Les malades cœliaques en revanche doivent observer un régime alimentaire strict sans gluten pour rester en bonne santé, ce qui demande une certaine adaptation au quotidien (lire l’encadré).

Santé du Monde