En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer

Le jeûne intermittent peut vous aider à rester en bonne santé pendant les vacances

Dans une étude récente il a été démontré qu’un jeûne intermittent combiné avec une durée de 10 heures consacrée aux repas a aidé des personnes atteintes de diabète de type 2 à rester en bonne santé.

Jeûner avec les bonnes motivations et dans les bonnes conditions

Les experts affirment que cette forme d'alimentation peut également aider d'autres personnes à rester en bonne santé.
Le jeûne intermittent peut affecter votre métabolisme et vous pousser potentiellement à éviter le syndrome métabolique.

Quelle que soit la partie de l'année que nous consacrons à une alimentation saine, pendant les vacances, il est facile de se livrer à des excès. De Noël au Nouvel An, vous êtes confronté à un défilé sans fin de tentations

Il s'avère que l'astuce n'est pas ce que vous mangez, mais à quel moment .

Dans un effort pour explorer les avantages du jeûne chez l'homme, les chercheurs ont découvert que les personnes à haut risque de développer un diabète ont vu leur santé s'améliorer considérablement lorsqu'elles ont mangé tous leurs repas concentrés dans une période de 10 heures , puis ont jeûné le reste de la journée.

Changer les habitudes alimentaires plutôt que le régime

Jeûne et régimes restrictifs : L’Institut national du cancer appelle donc à la vigilance

Des chercheurs du Salk Institute et de la San Diego School of Medicine de l'Université de Californie (UC) ont découvert qu'un créneau de 10 heures avec alimentation restreinte (TRE), combinée à des médicaments traditionnels, entraînait une perte de poids, une réduction de la graisse abdominale et une baisse de la pression artérielle, de cholestérol, et des niveaux de sucre dans le sang et d'insuline plus stables pour les participants déjà atteints du syndrome métabolique.

«Nous avons choisi le syndrome métabolique, qui est un mélange d'augmentation du risque de maladies cardiovasculaires et métaboliques, car il est extrêmement courant. Actuellement, il est d'abord traité par un régime alimentaire et de l'exercice. Malheureusement, il est très difficile pour les gens de le suivre et de s'y tenir. Ainsi, le TRE est une nouvelle façon d'améliorer la santé à laquelle il serait plus facile de s'en tenir » .

Le Syndrome métabolique   est un groupe d'affections survenant ensemble et qui augmentent le risque de maladie cardiaque, d'accident vasculaire cérébral et de diabète de type 2.

Le régime et l'exercice ne suffisent pas toujours

L' étude , récemment publiée dans CellMetabolism, suggère que cette approche également appelée jeûne intermittent peut être une option de traitement efficace pour les personnes atteintes du syndrome métabolique qui utilisent déjà des médicaments pour traiter la maladie.

Nous avons constaté que la combinaison d'une alimentation pendant une période limitée et jeûne intermittent avec des médicaments peut donner aux patients atteints du syndrome métabolique la capacité de mieux gérer leur maladie

Contrairement au comptage des calories, l'alimentation intermittente est une intervention diététique simple à intégrer, et nous avons constaté que les participants étaient capables de respecter le programme alimentaire

Les chercheurs soulignent qu'il existe un besoin critique d'interventions efficaces sur le mode de vie contre le syndrome métabolique qui ne sont pas seulement faciles à enseigner pour les médecins aux patients, mais aussi intuitives pour les personnes à adopter et à maintenir.

Leurs résultats suggèrent qu'une alimentation restreinte peut fonctionner comme un «complément» au traitement médicamenteux, ou même empêcher le besoin de médicaments.

Il y a jeûne et jeûne…

Aucun effet indésirable n'a été trouvé

L'étude pilote a inclus 19 participants (13 hommes et 6 femmes) qui avaient déjà un diagnostic de syndrome métabolique. On leur a demandé de déclarer eux-mêmes quand ils mangeaient pendant une période d'environ 14 heures chaque jour.

Près de 90% d'entre eux prenaient au moins un médicament, comme une statine ou un traitement pour l'hypertension artérielle.

Il existe des études antérieures qui ont révélé les avantages du TRE pour le syndrome métabolique, mais c'est la première à tester cette méthode sur des personnes utilisant des médicaments.

Ceci est important, car il n'était pas clair de cerner la façon dont les médicaments peuvent influencer les effets du TRE. Nous avons pu constater que le TRE était à la fois sûr et présentait de nombreux avantages pour la santé des personnes déjà sous médication. Cela a servi de co-traitement

Pourquoi une fenêtre de 10 heures pour les repas peut influer sur votre métabolisme

"Le métabolisme est étroitement lié aux rythmes circadiens, et sachant cela, nous avons pu développer une intervention pour aider les patients atteints du syndrome métabolique sans diminuer les calories ni augmenter l'exercice physique"

Si nous pouvons optimiser les rythmes circadiens, nous pourrons peut-être optimiser le système métabolique

 

"Les preuves des modèles animaux et des études humaines d'autres groupes de recherche ont montré que l'alimentation limitée dans le temps améliore la santé cardiométabolique chez les personnes en surpoids et obèses mais qui n'ont pas de syndrome métabolique

"De ce fait et du fait que le TRE soutient le système circadien et fournit un jeûne quotidien, qui améliorent tous les deux la santé cardiométabolique, nous émettons l'hypothèse que le TRE de 10 heures aidera à prévenir le syndrome métabolique",

 

L'essentiel

Les chercheurs qui étudient les effets de la restriction alimentaire, ont trouvé que celle-ci était un moyen efficace d'améliorer les facteurs de risque du syndrome métabolique, un état qui peut causer de graves problèmes de santé.

Les participants à l'étude n'ont pas réduit les calories qu'ils ont absorbées. Ils ont simplement mangé tous leurs repas dans une fenêtre de 10 heures pendant la journée.

Bien que les résultats soient prometteurs, les chercheurs soulignent que davantage d'études sont nécessaires avant de pouvoir affirmer de façon concluante que cette méthode de consommation préviendra le syndrome métabolique.

Santé du Monde