En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer

Si l’arrivée du printemps évoque le retour des beaux jours, cette période peut virer au cauchemar.

ATCHOUM ! LE RHUME DES FOINS REVIENT

 

 

Si l’arrivée du printemps évoque le retour des beaux jours, cette période peut virer au cauchemar. La cause de leur tourment ? Le rhume des foins, une rhinite allergique induite par les pollens. Pour l’éviter, la contre-attaque au naturel est une solution.

 

La rhinite allergique saisonnière, rhume des foins, tire son nom du temps des récoltes. Elle est une réponse inadaptée, exagérée, des défenses naturelles vis-à-vis du facteur étranger (allergène) qu’est le pollen.

Premières précautions
Sans pouvoir éviter tout contact avec le pollen, il y a néanmoins quelques attitudes faciles à adopter pour s’en protéger. Le pollen est en grande concentration dans l’air le matin entre 6 et 10 heures : pour les promenades, choisissez la fin de journée. Aérez votre maison tous les jours mais pas le matin. Il est partout dans l’air et se fixe sur les tissus : ne mettez pas votre linge à sécher dehors et lavez-vous souvent les cheveux. Enfin dormez les fenêtres fermées.

Soulager les symptômes
Certaines tisanes diminuent l'inflammation de la muqueuse respiratoire : guimauve, hysope, marrube blanc, plantain. On compte 1 cuillère à café de plante séchée par tasse, 1 à 2 fois par jour. Pour réduire les irritations nasales, préparez une infusion de camomille (40 gr de fleurs pour 1 litre d’eau bouillante) et faites une inhalation. Pour les yeux, préparez une infusion de bleuet ou de camomille, mettez sur compresse et appliquez 15 minutes. Vous pouvez également respirer quelques gouttes d'huile essentielle de cèdre du Liban, estragon, eucalyptus radié, lavande aspic, lavande vraie, niaouli ou pin sylvestre, déposées sur un mouchoir. Lors des premiers symptômes, ajoutez dans 1 cuillère à café de miel, 1 goutte d’estragon et 1 goutte de lavande vraie (matin, midi et soir).

Équilibrer le terrain
Avant la saison, prendre des compléments à base d'oligoéléments (zinc, cuivre et magnésium), vitamines C et E, acides gras essentiels (capsules d'huile d'onagre par exemple). Les cures de tisanes dépuratives "foie" (boldo, pissenlit, fumeterre) contribuent à désencrasser l'organisme et à normaliser la production d'anticorps. Les sujets allergiques ont un grand intérêt à alléger leur consommation de lait qui entretient l'hyperréactivité du système immunitaire. Enfin le stress aggrave les symptômes d'allergie. Toute mesure visant à le soulager (relaxation par exemple) sera la bienvenue.

Si malgré toutes ces précautions, les symptômes persistent, pensez à vous tourner vers les médecines douces : acupuncture, médecine chinoise, homéopathie, hypnothérapie et naturopathie. Elles ont fait leurs preuves.

Les pollens de printemps
On peut trouver des pollens dans l'air pendant pratiquement toute l'année, avec un pic entre avril et juin, saison des pollens d'arbres et de graminées.

Mars : aulne, noisetier, peuplier, pin, pariétaire.
Avril : bouleau, charme, châtaignier, chêne, cyprès, frêne, hêtre, platane, saule, graminées, plantain.
Mai : olivier, pin, graminées, prêle, orties.
Juin : tilleul, troène, graminées.

Une plante prometteuse
Le pétasite a fait l'objet d'études scientifiques rigoureuses qui démontrent qu'il diminue la sévérité des symptômes (éternuements, congestion du nez, démangeaisons des yeux et du nez). Il s'est avéré aussi efficace qu'un médicament de synthèse, la cétirizine. Encore peu distribué en France, on le trouve chez www.supersmart.com

Le bon complément 
Autorisée en France depuis 2008, la périlla est une plante utilisée depuis des siècles en Asie. Sa teneur en oméga-3 est de 65 % (l’huile de lin réputée très riche en contient 54,2 %). L'huile de périlla est recommandée pour tous les symptômes allergiques et pour les phénomènes d'hypersensibilité aux pollens, aux poils de chats, plumes d'oiseaux et acariens.

Santé du Monde