En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer

Contrairement aux idées reçues, les femmes ménopausées ont toujours autant de désir.

Désir : la ménopause ne le fait pas baisser

 

Contrairement aux idées reçues, les femmes ménopausées ont toujours autant de désir.

Les études menées dans les pays nordiques montrent que la plupart des femmes sont encore sexuellement actives après l'âge de 50 ans. De nombreux facteurs (le statut social, les caractéristiques personnelles, les conditions physiques et psychologiques, des facteurs relationnels, et les représentations sociales de la sexualité) autres que les hormones influencent la vie sexuelle pendant et après l'âge mûr.
Le but de cette nouvelle étude scientifique menée par la chercheuse Virginie Ringa du Centre de recherche en Epidémiologie et Santé des Populations (CESP) tend à analyser les différentes composantes de la sexualité, y compris ses représentations sociales, chez les femmes âgées de 45-55 ans, quand elles atteignent la ménopause pour comprendre leurs mécanismes sexuels.
Pour établir des résultats, les chercheurs ont comparé les réponses de trois groupes de femmes: des femmes ménopausées (277), les femmes ménopausées sans traitement hormonal (209), et les femmes ménopausées qui utilisent actuellement un traitement hormonal (68), avec un groupe témoin de femmes pré-ménopausées (408). 
Elles ont été interviewées par téléphone sur leur vie sexuelle. En particularité sur la régularité des rapports, le type de pratiques sexuelles (pénétration vaginale, fellation, cunnilingus, pénétration anale, et la masturbation), les satisfactions de la fréquence des rapports, les attentes, les dysfonctions sexuels (douleur, manque de désir, dysfonction de la lubrification). Ces femmes ont aussi été questionnées sur  leurs représentations sociologiques de la sexualité (l’importance de la sexualité pour leur équilibre, l’intérêt qu’elles portent à la sexualité, et la norme des fréquences). 
Les femmes ménopausées ont autant de désir
D’après ses analyses, Virgini Ringa suggèrent que « les femmes d'âge moyen proches de l'apparition de la ménopause, subissent des changements biologiques et hormonaux qui n'ont pas d'incidence négative sur la vie sexuelle. Les effets rapportés négatifs sur la sexualité sont plus probablement due à l'anticipation ou à une représentation fausse de la sexualité à la ménopause. L'effet de la ménopause à ce point dans la vie des femmes peut donc être plus symbolique que biologique, elle exprime sûrement une forme d'anticipation de la vieillesse ».
Catherine Solano, médecin sexologue confirme «qu’à la ménopause, le désir sexuel n’a guère de raison objective de diminuer. Les pics d’œstrogènes sont absents, puisqu’il n’y a plus d’ovulations. Le désir sera donc plus constant, sans élévation mensuelle pendant quelques jours. Quant à l’arrêt de la contraception hormonale (pilule, patch…), il peut avoir un effet positif sur le désir ».

Santé du Monde