En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer

Pourquoi ces différences hommes / femmes concernant la masturbation ?

Masturbation, les différences hommes / femmes


La masturbation n'est plus un sujet tabou, en tout cas, plus autant qu'elle ne l'a été. Et, depuis que l'on en parle, on note des différences significatives entre les hommes et les femmes à ce niveau. Quelles sont-elles et à quoi sont-elles dues ?

 

La pratique de la masturbation

La première des grandes études sur la sexualité est due à Alfred Kinsey, auteur du fameux rapport Kinsey aux États-Unis (1948). Il constate à l'époque, qu'à l'âge de 18 ans, 92,8% des hommes se sont déjà masturbés pour environ 38% des femmes.

Chez l'homme, la pratique de la masturbation semble déjà saturée à 18 ans, âge après lequel elle n'augmente plus. Chez les femmes, c'est différent : après 18 ans, le pourcentage de femmes connaissant la masturbation augmente au fil des années, et cela jusqu'à 35 ans pour arriver aux alentours de 63%. Étonnamment, la grande enquête sur le comportement sexuel des Français, bien que plus récente, aboutit à des chiffres plus bas : 16% des hommes de 25 à 45 ans expriment ne jamais s'être masturbés pour 45% des femmes.

La fréquence de la masturbation

La fréquence de la masturbation est elle aussi différente entre les deux sexes, et cela commence très jeune. Chez les garçons entre 15 et 18 ans, 35% affirment s'être masturbés dans la semaine précédente pour 10% des filles (1).

Pourquoi ces différences hommes / femmes concernant la masturbation ?

Les explications à ces différences hommes / femmes sont de deux ordres :

La différence anatomique peut expliquer l'accès plus facile au sexe masculin. Un garçon voit son sexe, ressent ses érections et explore naturellement ce phénomène. Une fille ne voit pas son clitoris (sauf si elle utilise un miroir), et n'en ressent pas aussi facilement l'excitation, puisqu'il est beaucoup plus discret. Il est donc moins simple pour elle de faire le lien entre ses émotions sexuelles et les réactions physiques de son corps.

L'autre explication tient en ce que, pour la plupart des parents, la masturbation masculine serait peut-être moins taboue, moins censurée que la masturbation féminine.

La place différente de la masturbation dans la sexualité

Chez les hommes, la fréquence de la masturbation est inversement liée à la présence de rapports sexuels génitaux. Chez les femmes, la masturbation est au contraire plus fréquente chez celles qui ont des rapports sexuels.

La masturbation joue donc un rôle de substitut à la sexualité relationnelle chez les hommes, rôle qu'elle n'a pas chez les femmes. Pour elles, la sexualité relationnelle stimule plutôt la pratique masturbatoire (1).

Ainsi, on peut en déduire, semble-t-il, que la masturbation masculine est plus liée à la tension sexuelle d'impulsion, compensatoire du manque de relations sexuelles de couple. Alors que la sexualité féminine serait plus une masturbation d'entraînement liée à un plus haut niveau d'excitation sexuelle général. Cela pourrait aussi expliquer la différence de découverte et de fréquence de pratique de l'auto-érotisme.

(1) « L'entrée dans la sexualité, le comportement des jeunes dans le contexte du sida » aux éditions La découverte, sous la direction de Hugues Lagrange et Brigitte Lhomond.


 

Santé du Monde