En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer

Sexe : SIX étapes pour traquer votre point G

 La réponse en 6 étapes à tester sans hésiter.

 

Etape 1 : faites confiance à la science !

Le point G, mythe ou réalité ? Réalité, forcément, puisque c’est un gynécologue allemand, Ernest Grafenberg, qui l’a formellement identifié dans les années 1940 alors que tout le monde avait la tête ailleurs, en raison de l’actualité guerrière du moment. Selon lui, le point G serait une zone du vagin, située à environ 2,5 cm de l’entrée, reconnaissable à son aspect bombé et sa muqueuse un peu plus râpeuse que sur les autres zones de cette partie intime. Si la science le dit, c’est donc que c’est vrai. Il n’y a plus qu’à chercher…

Etape 2 : cherchez au bon moment

Beaucoup d’entre nous ont subrepticement cherché ce point G quand leur chéri tournait le dos. En vain ! Soit on s’y prend mal parce que la quête de ce Graal sexuel nous met mal à l’aise – et là, on a bien tort -, soit on ne le trouve pas parce que c’est un grand timide qui ne se montre que quand on a besoin de lui. Autrement dit, le point G peut n’être perceptible que lorsqu’il se gonfle d’excitation parce qu’on est bien occupée ailleurs. La solution ? Quand la température monte entre Jules et nous, il est temps de chercher ce 'passage secret' à tâtons, commeun jeu sexuel suggestif…

 

Etape 3 : traquez les bonnes volontés

L’union fait la force, c’est bien connu ! Alors plutôt que de chercher toute seule, dans le noir, essayons plutôt d’inviter notre chéri à faire de douces trouvailles. Disposé à répondre à nos attentes ? Ne restons pas sur nos (mauvaises) positions. Pas question de jouer les timides : à quatre pattes, les fesses relevées et les reins creusés, on s’offre à la caresse de notre homme. Lequel devra oublier sa tendance naturelle à l’ascension sociale et viser plutôt les sous-sols. En massant la partie basse, il devrait sentir une zone bien délimitée, de la taille d’une pièce de monnaie, réagir assez vite à ses sollicitations. A condition d’y aller à pas de loup : une caressesuggestive et lente fera mieux qu’un grattage excité comme un jour de tirage du gros lot.

Etape 4 : dépassez les préliminaires

Dans l’imaginaire collectif, le point G, c’est le nec plus ultra en matière de préliminaires. Sans doute. Mais le reléguer au seul lever de rideau a souvent pour effet de l’inhiber au point qu’il ne se découvre aucune raison de jouir de son existence. Notamment pendant la pénétration. Or, à ce stade, le point G sait se rendre utile.

Une fois qu’on l’a 'logé' à peu près pendant les préliminaires, on ferme les yeux pour bien visualiser son emplacement et on positionne son bassin vers l’arrière de manière à provoquer de nombreuses rencontres inopinées entre le point G et le pénis. Et plus si affinités. L’une des positions qui permet les meilleures performances est le chevauchement inversé (on tourne le dos à notre chéri en position d’amazone…).

 

Etape 5 : faites vos gammes !

Le sexe, c’est comme la musique, ça s’apprend. On s’initie au solfège du corps en apprenant à reconnaître les touches sensibles, les zones qui mettent un bémol au plaisir ou celles qui, comme un dièse, le rehaussent. Et pour progresser en faisant des gammes routinières, tout artiste du genre doit s’impliquer, rechercher une sonorité particulière à chaque caresse sur les 'touches' pour que les gammes améliorent la qualité du jeu. Il ne faut pas s’attendre à descendre la barre du métronome à pleine vitesse dès la première exécution, mais à gagner, cran après cran, la virtuosité qui procure une grande jouissance.

Etape 6 : fiez vous à votre bonne étoile

Nous sommes tous égaux en droits et notamment devant le droit de jouir. Mais pas vraiment égaux devant le plaisir. Parce que l’on traîne avec soi toutes sortes de freins culturels, psychologiques ou physiques. Si nos sens sont tout à fait capables de nous envoyer au septième ciel, notre cerveau fait souvent obstacle au plaisir. Il va nous falloir du temps pour dénouer les nœuds de notre histoire personnelle qui entravent notre jouissance à fond de cale.

Santé du Monde