En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer

PLUS DE CHEVEUX, MAIS MOINS DE LIBIDO

Les traitements contre la calvitie perturbent la libido

 

Lutter contre la chute de cheveux avec du finastéride ou du dutastéride favoriserait les troubles de l'érection.

Les traitements contre la calvitie et l'hypertrophie bénigne de la prostate auraient des effets délétères sur la libido masculine, selon les résultats d'une étude publiée dans la revue médicale PeerJ. En effet, le finastéride autorisé pour traiter l'hypertrophie bénigne (non cancéreuse) de la prostate et la perte de cheveux (Propecia®) chez les hommes provoquerait une dysfonction érectile et des troubles de l'éjaculation.

Cette réaction est logique pour un médicament qui inhibe l'enzyme qui transforme la testostérone en dihydrotestostérone responsable de la calvitie, mais essentielle pour une libido épanouie.

PERDRE DU POIDS SANS EFFORT APRÈS 40 ANS

Les chercheurs de l'Université Northwestern (Etats-Unis) et de l'Université de Catane (Italie) ont mené une étude avec 691 268 hommes âgés de 16 à 89 ans pour établir le lien entre dysfonction érectile, troubles de l'éjaculation et prescription de dutastéride et du finastéride, dans le traitement d'une hypertrophie bénigne de la prostate ou de la calvitie. Ces deux traitements fonctionnent en bloquant l'hormone sexuelle masculine, la testostérone.

PLUS DE CHEVEUX, MAIS MOINS DE LIBIDO

Les résultats de cette étude ont apporté la preuve que ce type de médicaments influe sur la libido masculine. En effet, 1 homme sur 17 prenant l'un des 2 médicaments souffre de dysfonction érectile. Lorsque le finasteride est prescrit, à moindre dose, pour la calvitie, seul 1 homme sur 31 souffre de ce trouble sexuel. Mais une prescription prolongée de ce médicament augmente le risque de dysfonction érectile. Mais ces effets négatifs sont réversibles, puisque chez 99% des hommes traités, l'arrêt du traitement stoppe le problème d'impuissance.

«Nous nous attendions à cette association entre la dysfonction sexuelle et l'exposition au finastéride ou dutastéride. Elle doit être rappelée aux prescripteurs et aux patients qui envisagent la gestion médicale de l'alopécie ou le traitement symptomatique de l'hyperplasie prostatique avec ces médicaments," conclut le docteur Belnap, auteur de l'étude.

Santé du Monde