En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer

Aspartame, extraits de stévia, sucralose

Edulcorants : ils n'ont aucun effet sur le poids

 

Aspartame, extraits de stévia, sucralose : l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation estime que ces édulcorants intenses n'apportent aucun bénéfice sur le contrôle du poids.

Obtenues par synthèse chimique ou extraites de végétaux, les substances appelées "édulcorants intenses" sont des additifs utilisés par l'industrie agroalimentaire pour leur pouvoir sucrant. Celui-ci est en effet plusieurs dizaines à plusieurs milliers de fois supérieur à celui du saccharose.

En France, les édulcorants intenses les plus utilisés sont l'aspartame, l'acésulfame K et le sucralose. Ces édulcorants sont consommés le plus souvent pour réduire la consommation de sucre et le nombre de calories absorbées, mais aussi comme aide au contrôle de la glycémie chez les personnes diabétiques.

 

La consommation d'édulcorants intenses ayant fortement augmenté ces dernières années, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses) a souhaité expertiser leur intérêt nutritionnel. En effet, si les risques potentiels de ces produits sont évalués avant leur autorisation, "aucune évaluation globale concernant les bénéfices nutritionnels de ces produits n'avait été conduite au niveau européen jusqu'à ce jour" explique l'Anses.

AUCUN EFFET AVÉRÉ SUR LE LONG TERME

L'Agence de sécurité sanitaire des aliments reconnaît que l'utilisation des édulcorants intenses en substitution des sucres "entraîne dans la plupart des cas un moindre apport énergétique à court terme du fait de leur faible apport calorique". Cependant "les données disponibles portent sur des durées insuffisantes pour garantir le maintien de cet effet à long terme". En outre, il n'a pas été démontré de bénéfice sur l'apparition du diabète de type 2 ou sur le contrôle de la glycémie chez les personnes diabétiques.

Aussi, dans ces nouvelles recommandations, l'Anses l'Anses estime qu'il n'existe pas d'éléments permettant d'encourager la substitution des sucres par des édulcorants intenses. "Cet objectif de réduction des apports en sucres doit être atteint par la réduction globale du goût sucré de l'alimentation, et ce dès le plus jeune âge. A ce titre, l'Agence recommande que les boissons édulcorées et les boissons sucrées ne se substituent pas à la consommation d'eau".

 

Santé du Monde