En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer

Levothyrox : LES PATIENTS RÉCLAMENT LE RETOUR À L'ANCIENNE FORMULE

Levothyrox : presque 200 000 signatures pour la pétition

La pétition réclamant le retour à l'ancienne formule du Levothyrox a déjà recueilli près de 200 000 signatures. Et les associations de patients appellent à un rassemblement vendredi.

Le Levothyrox, fabriqué par le laboratoire allemand Merck, est l'un des médicaments les plus prescrits en France : 3 millions de patients souffrant de troubles thyroïdiens le prennent quotidiennement.

Fin mars, le laboratoire a mis sur le marché une nouvelle formule à la demande de l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) "afin de garantir une teneur en substance active plus constante d'un lot à l'autre" explique le labo. Dans cette nouvelle formule, le lactose a été remplacé par le mannitol et l'on a jouté de l'acide citrique anhydre, "excipient qui est utilisé en tant que conservateur pour limiter la dégradation de la lévothyroxine au cours du temps" ajoute Merck.

 

LES PATIENTS RÉCLAMENT LE RETOUR À L'ANCIENNE FORMULE

Suite à ce changement de formule, de nombreux patients ont ressenti d'importants effets secondaires. C'est notamment le cas de l'actrice Anny Duperey qui a publié une lettre ouverte à ce sujet.

A l'initiative d'une autre patiente opérée d'un cancer de la thyroïde en 2016, une pétition réclamant le retour à l'ancienne formule du médicament a été mise en ligne. A ce jour, elle a recueilli près de 200 000 signatures.

Mais la mobilisation des patients ne s'arrête pas là. A l'initiative de l'Association française des malades de la thyroïde, un rassemblement est organisé ce vendredi 8 septembre à 11h devant l'Assemblée nationale. Participeront à ce rassemblement : Marie-Odile Bertella-Geffroy (responsable du Pôle santé du TGI de Paris, avocate spécialisée dans les questions sanitaires) ; André Cicolella (chimiste, toxicologue et chercheur français en santé environnementale, spécialiste de l'évaluation des risques sanitaires) ; Philippe Even (ancien doyen de la faculté de médecine de Paris et président de l'Institut Necker) ; Chantal Lhoir (présidente-fondatrice de l'association française des malades de la thyroïde -AFMT) et Michèle Rivasi (députée européenne écologiste, biologiste agrégée).

L'AFMT organise ce rassemblement pour demander un renforcement de la pharmacovigilance et l'abandon de la nouvelle formule du Levothyrox, comme cela a été fait aux Pays-Bas. Et pour faire face aux besoins des patients et parer à l'urgence, l'AFMT demande que les autorités sanitaires se procurent des stocks de l'ancienne formuledu médicament en Allemagne.

Santé du Monde