En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer
 RÉPONDRE

Affaire Kerviel : Société Générale dénonce un "tapage médiatique orchestré"

Alors que Jérôme Kerviel doit se présenter avant ce soir au commissariat de Menton dans les Alpes-Maritimes, l'ancien trader, condamné à 3 ans de prison ferme pour avoir fait perdre 4,9 milliards d'euros à la Société Générale en 2008, a indiqué qu'il resterait en Italie jusque là, dans l'attente d'une réponse de François Hollande à sa demande d'immunité pour les témoins de dysfonctionnements qui auraient entaché son procès. La Société Générale réagit vivement aux propos du jeune homme, dénonçant un "tapage médiatique orchestré", mais aussi "mensonges, amalgames et approximation".

"Le dossier a été truqué"

"Depuis plusieurs années maintenant, des gens de l'appareil judiciaire, qui ont participé au dossier, qui ont vu des choses, viennent nous dire que le dossier a été truqué", a déclaré Jérôme Kerviel aux journalistes non loin de la frontière franco-italienne. L'ancien trader de la Société Générale dénonce encore : "Ces gens ont peur de venir témoigner, parce qu'ils ont peur pour leur emploi, pour leur sécurité, pour leur vie". Aussi a-t-il interpellé François Hollande afin de lui demander "l'immunité pour ces personnes pour qu'elles puissent parler".

"Tapage médiatique orchestré"

Samedi dans la soirée, la Société Générale n'a pas de manquer de réagir aux propos du jeune homme, face à "la violence du tapage médiatique orchestré ces derniers jours par Jérôme Kerviel et son entourage". Elle "mêle mensonges, amalgames et approximations", s'insurge l'établissement financier avant d'effectuer une mise au point.... "Après une instruction minutieuse et approfondie, cette affaire a été jugée successivement par trois juridictions de la République : Tribunal de grande instance, Cour d'appel et Cour de cassation", rappelle la Société Générale qui souligne qu'à trois reprises, celles-ci ont "chacune collégialement , confirmé sans équivoque la responsabilité pénale exclusive de Jérôme Kerviel", sur des agissements délictuels de "multiples faux, nombreuses introductions frauduleuses en informatique, et abus de confiance" qui "ont gravement mis en péril la banque et donc l'emploi de tous ses collaborateurs".

Plaintes "abusives" et "dénonciation calomnieuse"

Rappelant les 18 mois d'instruction, les deux procès de 4 semaines chacun, en première instance et en appel, le défilé des témoins et experts entendus, et aussi la décision de la Cour de cassation en audience plénière de plus de 20 magistrats de la Chambre Criminelle, Société Générale considère que les faits ont été confirmés et jugés comme une "fraude, commise à l'insu de la banque, notamment à l'aide de faux en écritures et de centaines de falsifications de données par introductions informatiques frauduleuses". L'établissement financier de La Défense considère "abusives" les trois plaintes récemment déposées par Jérôme Kerviel contre la banque. Elles "n'apportent rien de nouveau et relèvent de la dénonciation calomnieuse",conclut Société Générale.

Santé du Monde