En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer
 RÉPONDRE

Les Français désapprouvent le mouvement des fonctionnaires

Les fonctionnaires étaient dans la rue jeudi, en grève contre le gel de leur salaire depuis quatre ans. Des milliers d'entre eux ont manifesté à Paris et dans une centaine de villes pour dénoncer la politique d'austérité imposée, selon eux, par l'exécutif. Mais ce mouvement est désapprouvé par une majorité de Français. Le dernier sondage Tilder-LCI-Opinionway montre que 53% d'entre eux trouvent qu'il n'est "pas justifié". A noter cependant que ce résultat est en baisse de six points par rapport à janvier 2013.

Pas de geste

C'était une première depuis 2007 : sept fédérations (CFDT, CGT, CFTC, FSU, Solidaires, Unsa, FA-FP (Autonomes), rejointes par Force Ouvrière avec ses propres revendications, ont défilé dans l'unité jeudi. Leur ministre de tutelle, Marylise Lebranchu, a néanmoins exclu de faire un geste tant que la croissance serait en panne, suivant les directives annoncées il y a quelques semaines par le Premier ministre Manuel Valls. "Nous ne pourrons faire de geste que le jour où la croissance redémarrera dans notre pays. Elle est nulle. En croissance zéro, il n'y aura pas de revoyure", a-t-elle déclaré sur France Info.

Posture de fermeté

"Entre la fonction publique et l'opinion, le gouvernement a choisi l'opinion", analyse Frédéric Latrobe, associé chez Tilder. "En exprimant une fin de non-recevoir aux syndicats sur la question du dégel du point d'indice, le gouvernement est en phase avec une opinion qui attend encore majoritairement de la fonction publique qu'elle participe à l'effort de réduction du déficit public. Cette posture de fermeté, quitte à se couper d'une partie de sa base électorale, est une illustration de la méthode Valls : crédibiliser le plan d'économie de 50 milliards d'euros par le courage politique des décisions plus que par la couleur politique des réformes", selon lui.

Santé du Monde