En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer
 RÉPONDRE

Accro à l'héroine quoi faire?Le traitement au subitex marche pas

Bonjour à tous, Je me sens actuellement dans une impasse et je n'arrive pas à trouver de solution ou de réponse, c'est pourquoi j'ai besoin de vous. Cela fait environ un an et demi que je vis en ménage avec mon homme. Nous sommes ensemble depuis 5 et demi. J'ai bientôt 25 ans et lui en a 28. Tout pourrait aller merveilleusement bien, nous sommes jeunes et nous avons la vie devant nous mais ce n'est pas le cas parce que mon homme est accro à l'héroïne (en fumette).. Cela fait 2 ans qu'il a commencé à y toucher et depuis 2 mois il a carrément plongé et consomme très régulièrement (environ tous les 2-3 jours). Nous sommes allés consulter un médécin spécialisé la semaine passée et il a commencé un traitement au subutex depuis vendredi. Il a tenu 4 jours (sa dernière conso datant du mercredi)...et ce lundi c'était reparti. Hier soir il n'était pas à la maison quand je suis rentrée du boulot car il est encore allé consommer et il a passé la nuit chez son pote (qui est tox). Il dit que maintenant au moins il se soigne, preuve qu'il veut s'en sortir mais pour moi ça ne change rien s'il continue à ce ryhtme. Je me demande si c'est mauvais signe de craquer au bout de 4 jours de traitement. Je deviens de plus en plus intolérante par rapport à sa consommation car j'en ai marre d'attendre..attendre qu'un jour ce soit fini et qu'on soit enfin heureux...mais cela arrivera-t'il un jour? Ne suis-je pas en train de perdre mon temps?? Je reste car je l'aime et c'est avec lui que je voudrais faire ma vie, avoir des enfants? Et pour lui c'est pareil...malheureusement ce n'est pas possible pour moi dans ces conditions. L'autre problème est que j'ai déménagé assez loin pour venir vivre avec lui et je me retrouve isolée. Cela rend très difficile la décision de partir, même juste pour faire une pause car je serais obligée de retourner dans ma région n'ayant personne chez qui aller ici. De plus j'ai un travail donc je suis bien obligée de rester dans le coin. Je ne veux pas prendre un appart car mon travail n'est que temporaire donc c'est trop risquer et de plus si je le quitte je ne tiens pas à rester près de chez nous. Bon...voici un très résumé de notre histoire..si vous avez des questions ou besoin de précision, n'hésitez pas à me demander...je souhaite principalement avoir des réactions de gens ayant une expérience dans ce genre d'histoires. Merci à vous

Bonjour.
Les traitements de substitution,notament le subutex ne sont pas la reponse magique au probleme de dependance a l'heroine.
Ils apportent une aide mais rien de plus.
De plus,trouver la dose qui soit en adequation avec le besoin reel du sujet n'est pas forcement une chose facile,donc,a peine 4 jours apres le debut du traitement,il n'est pas rare de voir des gens reprendre de l'hero.
Il faut qu'il en parle au medecin qui le suit pour tenter d'ajuster sa dose de buprenorphine a son besoin reel.
Ceci dit,le subutex reste un opiacé comme un autre,ce qui implique une motivation reele de la part de la personne suivie pour ne pas s'ecouter et ceder a la tentation de l'hero ou a celle d'augmenter les doses de traitement de façon exponentielle .
C'est un peu le revers de la medaille avec ce genre de traitement,les personnes qui le prenne se disent qu'ils n'auront plus de probleme de manque (ce qui est archi faux avec le subutex) et se permettent donc de prendre de l'hero quand ils le peuvent et se servent de leur traitement comme d'une bequille 'anti manque'.
A mon sens,le mieux est qu'il ne cache surtout pas le fait qu'il continue l'hero en paralele de son traitement a son medecin,il ne lui en tiendra pas rigueur et fera en sorte d'ajuster son traitement.
Cela devrait l'aider a ne plus consommer,au moins pour un moment,le temps pour lui de casser ses rituels toxicomaniaques.,surtout celui de la fumette qui reste le seul mode de conso de l'heroine qui permette de 'taper' a longueur de journée.

Salut Carlos,

Je sais bien que le subutex ne soigne que le physique et pas la dépendance psychlogique. Le docteur lui a dit qu'il devait couper les ponts avec ses fréquentations toxicos ce qu'il ne fait pas encore.

En fait il s'agit surtout d'une personne en particulier avec lequel il a créé des liens et je sais qu'il lui est difficile de l''abandonner' en qq sorte. Je le vis très mal car je me dis qu'il choisit la drogue et son pote au lieu de notre couple. Son amitié avec lui est + importante que sa guérison et sauver notre couple.

Je n'ai pas de référence pour le dosage du subu mais il doit prendre 8mg par jour pour le moment. Je pense qu'il dira la vérité au docteur (si non franchement ça ne sert à rien...).

Je n'arrive pas à savoir s'il est vraiment motivé car d'un côté oui (pour faire les démarches de se soigner et admettre qu'il le faut) et de l'autre non (je n'ai pas l'impression qu'il essaye vraiment de résister à ses pulsions). Il sait que je suis au bord de tout envoyer bouler mais ça ne l'empêche pas...pourant il me dit qu'il a peur de me perdre et que si ça arrive, il plongera complêtement. Il me dit qu'il m'aime tous les jours.

Je suis furieuse contre lui car tous les jours j'angoisse, je dois faire comme si tout allait bien au boulot, devant tout le monde alors que je suis déchirée à l'intérieur...même à la maison il ne fait plus rien et c'est moi qui me tape tout le boulot. Il y a aussi le fait qu'il fait quasi 1h de route pour aller chez son pote et consommer, et moi j'ai peur car il reprend le volant alors qu'il a fumé et je sais qu'il pique du nez dans ces cas-là...bref il me fait vivre un enfer au quotiden pour le moment.

Son amitié n'est surement pas ce qui le pousse a voir ce type,a mon sens,cette relation ne se base que sur leur conso respective,meme s'il pretends le contraire.Le facteur temps est important dans le processus d'arret de l'hero,il est rare que l'on arrete du jour au lendemain.Le fait d'avoir entrepris les demarches est deja une preuve reele de motivation,c'est indeniable.Mais meme sous traitement,il est extremement difficile de lutter contre ce genre de pulsions,l'addictivité de l'heroine depasse certainement tout ce que tu peux imaginer.Encore une foi,il est rare que tout s'arrete dans un laps de temps aussi court chez la majorité des toxicomanes.Souvent,cela se fait petit a petit.Je sais que c'est difficile a admettre pour un conjoint mais pourtant,il te faudra etre patiente si tu decides de rester pres de lui.En theorie,un traitement au subutex dure plus ou moins trois ans,il n'en ai qu'a quelques jours. Ta colere est legitime.Vivre pres d'un toxicomane est tout sauf simple,ce qui implique pour toi de te mefier pour ne pas plongé a ton tour dans la spirale de la codependance.Aider un tox a s'en sortir c'est bien mais il faut tacher de le faire en restant objectif.Arreter l'hero,c'est long et tres difficile,pour le toxicomane lui meme mais aussi pour ses proches.C'est pourquoi ils est primordiale pour eux de se proteger s'ils sentent que la situation leur echappe.Pour le moment,tu devrai peut etre attendre un peu,histoire de jauger ce qu'il se passe.Si rien ne bouge,alors,tu pourra prendre une decision pour savoir ce qui est le mieux pour TOI.

Je ne sais pas comment faire pour qu'il arrête d'aller chez ce type car pour moi tant qu'il ira là il n'arrivera pas à résister et à arrêter.Le problème aussi c'est que j'en ai marre de vivre dans l'attente constamment et pour rien en plus si ça se trouve. Moi j'attends depuis 2 ans, depuis que j'ai découvert qu'il consommait. J'aimerais qu'on commence notre vie, une vie normale, qu'on puisse avoir des projets et surtout qu'on puisse les réaliser. Dans cette situation on vit au jour le jour. Je voudrais qu'on pense à avoir des enfants, acheter une maison,... cela ne se fait déjà pas en 3 jours quand on a une vie normale mais là c'est encore plus long vu qu'on doit attendre qu'il soit guéri et qu'on ne peut pas savoir quand cela se passera. C'est un comportement très égoïste.D'où le fait que je n'accepte plus la situation. Quand on ne connait pas cela on ne peut pas le comprendre vraiment, jusque là j'acceptais plus ou moins, je faisais avec mais ma patience et ma tolérance commencent à s'épuiser... Mais combien de temps faut-il attendre?? Mon contrat de travail finit fin février, il sera peut-être renouvelé mais si ce n'est pas le cas, est-ce le bon moment pour partir? Est-ce trop tôt? Moi je me dis que si j'ai encore du boulot pour 2-3 mois ça va j'ai + de temps pour analyser la situation. Si je trouve un boulot pour + longtemps, je vais me sentir à nouveau coincé si jamais ça ne va vraiment plus et que je veux partir. Et si je n'ai plus de travail, jme dis que c'est peut-être l'occasion de retourner d'où je viens et recommencer ma vie à 0 car je suis encore jeune. Je n'ai pas envie d'attendre d'avoir 30 ans pour me rendre compte que ça ne s'arrêtera jamais et que j'aurais perdu 10 ans de ma vie où j'aurais pu construire quelque chose et déjà avoir des enfants.

 

Lui seul peut trouver la solution et la motivation pour cesser de bouger pour du produit,toi tu ne peux que lui suggerer des solutions,mais la decision finale lui appartiendra toujours,quoi que tu puisses faire,j'en ai peur.Mais tu as raison sur un point,tant qu'il aura cette solution de facilité pour s'en procurer,il aura beaucoup plus de mal a stopper de consommer.C'est ce qu'il te faudra vivre au quotidien et pour longtemps si tu decides de rester,sans aucune certitude quand a une reelle et durable abstinance.C'est pourquoi tu te dois de te proteger si tu sens que tu ne tiendra pas.Pourtant,l'egoisme n'a a mon sens, pas grand chose a voir la dedans.Il est tres difficile de penser a proteger les autres quand on ne parvient pas a le faire pour soi.Il est certainement conscient de ta souffrance,mais pour parvenir a y mettre un terme,il lui faut d'abord parvenir a mettre un terme a la sienne. Alors,c'est qu'il est peut etre temps pour toi de penser reelement a prendre une decision qui aille dans le bon sens pour ton avenir.Ce qu'il vit peut le detruire mais peut aussi te detruire toi,c'est un argument a prendre reelement en compte avant qu'il ne soit trop tard.Decider de partir n'est pas un acte egoiste de ta part,c'est juste faire en sorte de te proteger.Rester serait tout a ton honneur mais encore une fois,il te faut etre consciente qu'il est tres difficile de faire des projets sur le long terme avec un toxicomane bien que cela reste heureusement possible. Impossible de repondre a cette question,trop aleatoire.La question est peut etre:Combien de temps sera tu capable d'attendre sans derouiller plus que de raison.

Me protéger cela veut dire alors le quitter?? Car à part ça je ne vois pas comment me protéger... Justement moi je suis quelqu'un qui a tjr su ce que je voulais et où j'allais dans la vie, et vivre dans l'incertitude est difficile à supporter pour moi.En fait je trouve que ces actes sont égoïstes car tout tourne tjr autour de lui, notre vie de couple vit autour de sa dépendance. Moi je pense tjr et tous les jours à nous, la plupart des choses que je fais, je le fais pour nous. Peut-être ne devrais-je pas m'attendre à ce qu'il fasse pareil mais j'attends au moins le minimum.. Moi je n'ai pas le droit d'avoir des moments de faiblesse car je n'ai personne, enfin surtout pas lui, je ne peux pas compter sur lui et je dois tjr être et rester forte pour nous 2. D'ailleurs il me le dit du genre 'oui mais si toi tu commences à être pessimiste et déprimée alors moi ça n'ira pas hein!'Ce soir je ne sais même pas comment me comporter avec lui, quoi lui dire par rapport à ce qu'il vient de se passer ces 2 derniers jours, mais surtout hier vu que pour lundi on en a déjà discuté.Il a 2 visages, 2 discours, lui qui veut arrêter et fait plein de promesses, et lui qui continue à se droguer et dont les belles paroles ne valent plus rien. Lequel je dois croire? Celui qui dit ce que j'ai besoin d'entendre mais en étant pété ou celui dont je ne vois que les actes qui me déçoivent en permanence?Le plus insupportable ce sont tous ses mensonges et ses coups bas du genre :'je vais à la banque' et qu'après 1h il n'est pas encore rentré et quand je l'appelle il me dit qu'il vient d'arriver chez son pote.Que lundi il m'appelle et me dit qu'il est à la maison avec un ami puis il me rapelle 10 min plus tard pour me demander si son pote (le tox) peut venir chez nous (donc en fait il était chez lui, mais il est tellement pété qu'il ne se rend même pas compte qu'il venait de me baratiner).Que hier soir il me dit qu'il est de nouveau chez son pote (le tox) mais qu'ils ont seulement bu et pris leur subsitut alors que ce matin il m'avoue qu'ils ont fumé...Bref je ne peux plus croire la moindre chose qu'il me dit.

Rester ou le quitter me fait penser à la question: de préférer mourir d'un coup ou vivre mais en souffrant et en mourant à petit feu.
Il y a tant de questions sans réponse, serais-je plus heureuse avec ou sans lui. Si je le quitte est-ce que je ne vais pas le regretter? (surtout s'il finit par s'en sortir)? Est-ce mieux pour lui de le laisser s'en sortir tout seul (le choc de la rupture le fera peut reéagir?) ou il a besoin de moi pour cela?
Serais-je plus heureuse sans lui et donc sans tous ces problèmes de drogue ou avec lui malgré la drogue?
Si je savais qu'il allait s'en sortir alors ça vaut la peine de rester et se battre mais malheureusement on ne peut pas le savoir.

Pas facile Virgulie, surtout de discerner leur vrai motivation... ma soeur nous mène en bateau et c'est franchement fatiguant.
Elle joue sur notre sensibilité et elle sait qu'on ne la laissera pas tomber, pour le coup on est dans une belle impasse!

Bon courage biquette!

salut Virgulie
j'ai lu le fil et je pense que carlos est de très bon conseil, après tout est plus facile à dire qu'à faire.

je comprends ton sentiment de culpabilité et ce déchirement : je reste, je reste pas?

je serais d'avis qu'il ne faut pas que tu te précipites et que tu fasses le point sur tes propres capacités à le 'supporter' dans tous les sens du terme. c'est à toi de voir jusqu'à quel point tu pourras vivre ainsi sans te détruire. comme le dit nono no, pour ton copain, personne ne peut dire quand et s'il s'en sortira.

pour la question de faire des enfants, tu as 25 ans, tu es jeune, tu as encore le temps, même si l'envie est là. j'en parle parce-que ce sujet revient +sieurs fois dans tes messages.

seule toi, a la réponse à toutes tes questions. bien sûr tu l'aimes et tu voudrais qu'il sorte de là mais tu n'as pas de pouvoir malheureusement là-dessus.
alors pense à ta vie à toi, ne te sens pas coupable, et si tu sens que tu dois prendre une décision, prends-là, parfois les choses se décantent d'elles-mêmes quand on les force un peu.

je ne sais pas si je t'aide beaucoup, en tout cas j'ai envie de te dire sois forte, et en même temps, ne sois pas forte pour deux, tu ne peux pas tout !

Santé du Monde