En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer
 RÉPONDRE

Témoignage coce : Aujourd'hui, j'ai 17 ans. Et je suis accro à la cocaïne ...

Bonjour,

Pour commencer, je dirais que je n'ai pas eu une enfance difficile, bien au contraire. On m'a toujours vu comme la petite fille sage qui ne fesais jamais rien de mal, à qui on pouvait tout confier. Mais ça ne me gênait pas tant que ça, j'en étais même plutôt fière. Mais petit à petit, ça commençait à me peser.

J'ai commencé à sortir avec une certaine bande de pote avec qui j'ai fumé ma première clope, avec laquelle je n'ai jamais arrêté. J'avais alors 15 ans... Mais très vite, la clope ne me suffisait plus. J'ai continué par un joint, puis deux .. Puis, on ne les comptes plus.
Un soir, coup de ras le bol, je me suis lâchée. Jusqu'à en être malade, à ne plus oser bouger tellement la tête tourne, à sentir comme si ton âme se détachait de ton corps, à verser à chaque fois que tu te redresses, à avoir des lancées au coeur, à avoir des hallucinations.
Je ne savais plus qui était à côté de moi, ni ce qu'il me voulait. Je croyais que tout le monde me fixait sans arrêt. Dès qu'on me touchait, je sentais leur doigt se plantait dans ma peau. Je sentais les brûlures de leur gestes. Mais je n'ai pas arrêtais les joints pour autant. Puis je suis allée en boîte, là, j'ai découvert les effets de l'alcool. C'était l'extase ! Mais au début seulement .. Tout timidité comme envolé.
On commence par une fois de temps en temps, puis ça devient une habitude, presque une obligation de devoir boire tout les week-ends. Vendredi comme samedi. Je ne vivais que pour le week-end. Un soir, on a appellé mes parents d'urgence. On a dû m'emmerder à l'hôpital ... Mais je suis quand même là. Mais je n'ai pas arrêtais de boire pour autant. L'horreur c'est quand il n'y avait pas d'alcool pour la soirée, c'est comme si le monde me tombait dessus. Durant une année, c'était comme ça. Mais l'alcool est devenut un problème. J'avais des douleurs au foie que je n'arrivais plus à supporter. J'ai arrêté petit à petit ... J'ai eu énormément de mal.
Je n'ai pas de travail depuis 2 ans, des problèmes familiaux pesant. Je n'ai aucune raison de m'accrocher à la vie, je n'ai plus aucune ambition, plus aucun rêve. Et il y a quelque mois, on m'a gentimment proposé de la coke. On m'a dit : Tu verras avec ça, tu seras bien. Et pour toi, c'est gratuit. >> Non, c'est pas avec une ligne que tu deviens accro. Jamais. Pourtant, j'ai tiré cette ligne d'une traite. Et 15 min plus tard, j'en reprenais une. Et ça, durant 2 heures. Maintenant, du matin au soir, je ne pense qu'à ça.
J'ai des nausées, des maux de têtes, j'ai des tremblements du corps atroces, des crampes musculaires. Et tout ça ne passe qu'avec ma dose. J'ai rapidement demandé à avoir mon propre sachet que je gérerais moi-même. Mais pour partir avec mon sachet, je dois me donner à eux...
Comme une descente aux enfers dont je ne vois aucune issus [ . . . ] Aujourd'hui, j'ai 17 ans. Et je suis accro à la cocaïne ... Ma famille s'inquiète, mes amis s'éloignent. Je voulais être bien, par n'importe quel moyen. Mais au prix de quoi ?!
Regardez ce que je suis devenut. Alors ne vous dîtes jamais : Je vais juste essayer. Car vous ne ferez que commencer...

Santé du Monde