En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies, utilisés pour des besoins de statistiques et d'affichage. Fermer
 RÉPONDRE

Il faut interdire totalement les bancs solaires!

Je suis tombé totu à l'heure sur cet article du Nouvel Obs sur une jeune américaine atteinte d'un cancer de la peau. C'est intéressant et effrayant ç la fois. 

PHOTO. Elle montre son cancer de la peau en selfie : il faut interdire les cabines à UV

LE PLUS. Croûtes rouges, plaies : voici à quoi ressemble le visage de Tawny Willoughby. Cette jeune Américaine de 27 ans a posté des selfies d'elle sur Facebook pour alerter sur les dangers des ultraviolets. À cause des cabines UV qu'elle utilisait plusieurs fois de la semaine, elle a été atteinte d'un cancer de la peau. La dermatologue Nina Roos met en garde contre de telles pratiques.

Je n’ai jamais eu affaire à un cas comme celui de Tawny Willoughby. Pas à ce point, heureusement. Mais il vrai que l'on voit de plus en plus de cancers du type basocellulaire chez des jeunes. Or ces cancers sont surtout dus aux expositions solaires répétées.

 Il y a 20 ans, on les voyait chez des sexagénaires, ayant passé du temps en extérieur. Ces patients avaient typiquement le profil suivant : ils avaient grandi dans un pays chaud, ou travaillaient en extérieur ou avait des loisirs comme le golf ou le bateau. 

 Il m'arrive désormais, même si c'est peu fréquent, de diagnostiquer ces cancers chez des trentenaires à la peau claire. Ou des mélanomes (plus graves) avant 35 ans.

 3 cancers favorisés par l'expositions à la lumière

 On distingue trois types de cancers de la peau, tous favorisés par des expositions solaires répétées, à la lumière naturelle ou en cabine :

 - Les basocellulaires : développés aux dépens des cellules de la couche basale de l'épiderme. Ces cancers sont les plus fréquents, ils sont dus aux expositions solaires répétées, mais pas forcément intenses. Ils touchent les zones exposées au soleil, chez les sujets de peau claire. Leur évolution est locale, ils ne métastasent généralement pas, mais peuvent occasionner des cicatrices inesthétiques quand on les retire. La présentation typique est celle d'une petite croute qui ne part pas.

 - Les épidermoïdes :  ils se développent à partir des cellules de la couche épineuse de l’épiderme, couche plus superficielle de la peau. Ces cancers sont plus agressifs et peuvent métastaser. Ils sont dus aux expositions solaires répétées ou intenses, ou surviennent à la suite de brûlures. Ils peuvent débuter par une croûte rouge, mais au stade de cancer se présentent comme une petite plaie qui ne cicatrise pas.

 - Les mélanomes : développés aux dépends des cellules pigmentaires de la peau, les mélanocytes. Ils sont favorisés par des expositions solaires intenses, avec coup de soleil, et parfois des antécédent familiaux de mélanome. Avoir une grand nombre de grains de beauté atypiques est également un facteur de risque. Ils se présentent souvent comme une tache brune qui s'étale, avec bords irréguliers et multiples couleurs (brun clair, marron foncé, noir, bleu rouge). parfois, il s'agit d'un grain de beauté qui se modifie, ou d'un nodule qui apparait sur la peau.

 Il faut consulter très rapidement en cas de tache brune d'apparition ou de modification récente. Il faut également consulter en cas de persistance d'une croûte ou d'une lésion qui saignotte ou ne guérit pas après plusieurs semaines.

Tawny Willoughby aura d'autres cancers

Dans le cas de cette jeune américaine, cela est clairement à mettre sur le compte des UV. Il est criminel de l'avoir laissée, enfant puis adolescente, s'exposer sur un banc solaire chez elle. Il était certain, avec sa peau claire, et l'âge précoce des dégâts infligés à sa peau, qu'elle allait développer des cancers de peau.

 Malheureusement pour cette très jeune femme, elle aura d'autres cancers, qui apparaîtront plus tard. Il est probable qu'elle aura également un ou plusieurs mélanomes. Sa chance aujourd'hui est de pouvoir bénéficier d'un dépistage et d'un traitement précoces. Mais ces soins sont coûteux, et mutilants, car on pratique généralement un retrait chirurgical large des lésions.

 On n'est pas tous égaux face aux dégâts des UV

 Les UV, UVA et UVB, sont les facteurs favorisants principaux des cancers de peaux. Il est exceptionnel d'avoir un cancer sur une zone non exposée au soleil, comme les fesses, par exemple.

 D'autres causes sont parfois retrouvées ou associées : cicatrice de brûlure, plaie chronique, antécédents familiaux, terrain génétique favorisant, immunodépression...

 Mais il faut savoir également que nous ne sommes pas égaux face aux dégâts infligés par les UV : les sujets de peaux claires, et exposés à un âge jeune sont les plus vulnérables.

 Il faut interdire totalement les bancs solaires

Je prône une interdiction totale des bancs solaires. Ces cabines sont interdites dans certains pays ou états (Australie, Brésil...). Les bancs solaires attirent principalement les jeunes, à peaux claires, et entraînent des addictions. S'y ajoute le soleil naturel auquel nous sommes de plus en plus exposés (temps de loisirs grandissant, billets d'avion de moins en moins cher...).

 L'explosion de cancer de la peau est un enjeu de santé publique, car il faudra soigner tous ces patients. Nous avons également un retard considérable dans la communication auprès du public, nos campagnes de préventions sont trop discrètes. Beaucoup de gens pensent encore que les UV en cabine préparent la peau au soleil, ou aident à synthétiser de la vitamine D.

 Attention, je n'ai pas dit qu'il ne fallait pas s'exposer au soleil. Interdire les bancs solaires poussera forcément les gens à s'exposer à la lumière naturelle, dans des limites physiologiques, et avec une protection adaptée. Le problème des UV en cabine est la possibilité de s'exposer tout au long de l'année, même la nuit. C'est absurde, nous sommes adaptés à un mode de vie rythmé par les saisons et les cycles jour-nuit.

Santé du Monde